Marine Le Pen est toujours l'ennemie de l'euro