"Même des petites phrases qui paraissent anodines peuvent blesser un enfant"
 

"Tu es nul!". "Ta sœur est mieux que toi". "Je n'aurais pas dû faire d'enfants!"… Pour la première fois, deux associations lancent ce mardi une campagne de prévention contre les "mots qui blessent". Des violences verbales qui peuvent avoir le même impact que des violences physiques, explique sur RMC.fr une membre du Haut conseil à l'enfance.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A lire aussi

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire