En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Dimitri Casali dans Radio Brunet
 

Dans une interview à la chaîne privée algérienne Echourouk News lors de son voyage en Algérie en début de semaine, Emmanuel Macron a qualifié la colonisation de "crime", de "crime contre l'humanité" et de "vraie barbarie". Une erreur selon l'historien et essayiste Dimitri Casali, invité de Radio Brunet ce jeudi.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • ornicar
    ornicar     

    Il est lui même rongé et colonisé par le capitalisme.

  • ancien
    ancien     

    Lamentable M.Macron ! S'il croit arranger la situation en allant pleurnicher pour récupérer des voix il se fout le doigt dans l'œil et pour un candidat à la direction du pays il est mal parti.M.Macron, retournez donc jouer aux billes !! Vous ne connaissez rien de l'Algérie et vous allez baiser les babouches uniquement dans le but de recueillir des voix.Pourquoi portez vous des œillères qui ne vous laissent voir que des atrocités commises par la France ? Qui étaient les vendeurs d'esclaves ? J'ai encore entendu ce matin, sur cette antenne, que rien n'avait été fait en Algérie, que l'accés au savoir n'avait pas été mis à disposition des petits arabes : je peux vous certifier que, fils de forestier, j'ai été scolarisé dans une école dont j'étais le seul français (à l'époque) que j'ai eu au Collège des copains arabes dont le père était médecin ; etc ... Que l'on veuille bien regarder les photos d'Alger au moment du départ des pieds-noirs et vous conviendrez aisément (si vous êtes honnêtes) que la génération spontanée n'est pas à l'origine de la vue constatée par ceux que l'on obligeait à partir.

Votre réponse
Postez un commentaire