"Si on avait les mêmes dotations en Seine-Saint-Denis qu'en Corse, on serait riches!"
 

Pour la grande gueule Etienne Liebig, le chef de l'Etat a bien fait de ne pas céder aux revendications des nationalistes corses. "Aucun président de la République élu démocratiquement ne choisira de casser l'intégrité du territoire", juge-t-il ce jeudi.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A lire aussi

A voir aussi

Contenus sponsorisés

Votre opinion

Postez un commentaire