Tabassage de Michel Zecler : nos policiers se croient-ils tout permis ?
 

Gérald Darmanin a fait savoir qu'il demanderait "la révocation" des quatres policiers mis en cause dans l'affaire du producteur de musique, Michel Zecler, violemment frappé dans son studio parisien samedi soir. Le ministre de l'Intérieur a jugé les images de vidéosurveillance d'"inqualifiables" et "extrêmement choquantes". Des images qui interviennent quelques jours seulement après l’évacuation violente de migrants par des policiers place de la République à Paris, là aussi filmée… alors que l'article 24 de la proposition de loi "Sécurité globale" prévoit de pénaliser la diffusion "malveillante" d'images des forces de l'ordre. Un article particulièrement contesté dans l'opposition. Tabassage de Michel Zecler : nos policiers se croient-ils tout permis ?

Votre opinion

Postez un commentaire