rmc

Conflit entre livreurs et Take Eat Easy: "On avait aucun statut, aucun contrat"

Le conseil des prud'hommes de Paris se penche vendredi sur un conflit qui oppose des coursiers à la start-up Take Eat Easy. Travail illégal, travail d'étrangers non-immatriculés, travail de mineur, paiement des coursiers en pièces de vélo détachées… Les pièces de la procédure, que RMC s'est procurées, portent de lourdes accusations contre cette plate-forme de livraison aujourd'hui en liquidation judiciaire.

Mise en ligne le 27/10/2017

Sur le même sujet