rmc

"Je ne suis pas une tête brulée. Si j’en suis là, c’est parce que je me bats !"

Rachida Dati revient sur son parcours politique et notamment sur les articles de presse la décrivant comme une « tête brûlée ». Souvent la cible de remarques acerbes, la maire du VIIe arrondissement de Paris préfère ne pas en tenir compte. Pourtant son entourage a été touché par toutes ces critiques : "Mon père est décédé aujourd’hui. Il en est tombé malade… Il ne supportait plus toutes les remarques violentes que je me prenais en pleine figure".

Mise en ligne le 09/01/2019

Sur le même sujet