rmc

"L’opinion publique est traumatisée par la radicalisation de l’islam !" Charles Consigny

Dans la nuit du 21 au 22 avril, le collectif La Chapelle debout et 150 migrants se sont installés dans le lycée Jean-Jaurès du 19ème arrondissement de Paris. « Ce n’est pas parce qu’ils sont en situation irrégulière qu'ils n’ont pas le droit à un minimum de dignité.» souligne Charles Consigny, juriste et écrivain. Le problème selon lui réside dans la position de l’Europe en faveur des réfugiés de guerre. « L’Europe à 28 est la première puissance du monde. Si on ne peut pas accueillir ces réfugiés de guerre, ça veut dire qu’on est mort. » Pour lui l’opinion publique « est traumatisée par la radicalisation de l’islam. C’est ce qui tapisse l’opinion actuelle. » Pour Joëlle Dago-Serry, chargée de clientèle dans le logement social, ce repli sur soi-même est lié à une question d’origine : « S'il y avait une guerre en Norvège ou au Danemark, on trouverait normal d’ouvrir nos portes.»

Mise en ligne le 25/04/2016

Sur le même sujet