rmc

« La gauche n’est d’accord sur rien, sauf pour dire que le Front national, c’est mal » affirme Christophe Barbier

Pour expliquer son soutien à Emmanuel Macron, Manuel Valls a notamment agité la menace d'une sous-estimation du vote Front national à la présidentielle. Un argument avancé faute de propositions et d’accords entre les socialistes, selon Christophe Barbier éditorialiste L’Express et BFM-TV.

Mise en ligne le 30/03/2017

Sur le même sujet