rmc

Marie-Anne Soubré : "La fessée c'est l'arme des faibles !"

A la veille de la journée internationale des droits de l'enfant, le gouvernement a relancé le débat sur la fessée. La secrétaire d'Etat à la famille Laurence Rossignol a appelé à une prise de conscience collective des familles françaises sur les punitions corporelles. Fessées ou pas fessées ? Pour Marie-Anne Soubré, la violence ne doit pas faire partie de l'éducation. Elle estime que c'est un signe de faiblesse de parents incapables de dialoguer avec leurs enfants. Alors que le code civil proscrit la violence physique, pour l'avocate des GG, il est inacceptable qu'une exception existe encore pour ses propres enfants :"La loi française dit qu'on a un droit de correction familiale… Tu n'as jamais le droit de frapper personne mais tu as le droit de frapper ton gosse" s'insurge-t-elle.

Mise en ligne le 19/11/2014

Sur le même sujet