rmc

« On n’a qu’à tirer au sort le bac, ça coûtera moins cher ! » Quand un proviseur s’indigne du système de sélection dans l’enseignement supérieur.

C’est un problème qui revient chaque année au moment où les élèves qui passent le BAC doivent inscrire leurs choix d’orientation dans le système APB (Admission Post Bac). Les universités françaises reçoivent alors de très nombreuses candidatures, auxquelles elles ne sont pas toujours en mesure de donner suite. Les filières les plus en tension sont STAPS, psychologie, médecine et droit qui, face à l’affluence de candidats, ont développé depuis quelques années un système pour contourner l’interdiction de la sélection à l’université : le tirage au sort. Pour Philippe Tournier, secrétaire général du SNPDEN-UNSA (syndicat des proviseurs), cela illustre « l’absurdité du système dans lequel nous nous sommes enfermés » et décrédibilise totalement le bac, qui devient un examen « qui ne sert plus à rien ».

Mise en ligne le 26/06/2017

Sur le même sujet