rmc

Une voleuse poursuit sa victime: "Le droit français est pourri" Didier Giraud

Pour Didier Giraud, «ce qui s‘est passé ce n’est pas dans le droit. Qu’elle vienne nous expliquer que ce qu’elle a fait c’est moins grave que le préjudice qu’elle a subi ce n’est pas normal.» Pour l’agriculteur on trouve toujours des excuses à ceux qui font les délits pour faire en sorte que le délit soit moins grave pour les victimes. "Le droit français est pourri" Une procédure engagée par la voleuse que Marie-Anne Soubré qualifie de « juridiquement il a raison, moralement il a tort »

Mise en ligne le 03/05/2016

Sur le même sujet