Mis à jour le
Est-il possible de concilier maladie grave et vie professionnelle?
 

Un tiers des actifs malades d'un cancer ont quitté ou perdu leur emploi deux ans après le diagnostic, selon des chiffres dévoilés par la Ligue contre le cancer illustrant la difficulté de concilier vie active et maladie. Pensez-vous qu'il soit possible de concilier les deux? Est-il possible de concilier maladie grave et vie professionnelle?

Votre opinion

Postez un commentaire

29 opinions
  • Philippe44160besne
    Philippe44160besne     

    non et c'est pour cela que FOURNEYRON n'a pas sa place au gouvernement comment décider sur le moindre point quant on ne sait pas si on est en rémission si l'avenir est a court terme si demain je ne peux plus avancer

  • VIA IZQUIERDA REGION NORD
    VIA IZQUIERDA REGION NORD     

    Avec les 20 milliards que s'apprête a perdre la santé , la question ne ce pose même pas. Travail ou pas crève.

  • Zotos Joico
    Zotos Joico     

    Oui j'ai pu constater moi aussi que dans leur formation " l'humanité " est complètement absente !!!

  • Stephanie PARIS
    Stephanie PARIS     

    Oui, l'AME me pose un problème, surtout quand des travailleurs ne peuvent pas se soigner parce qu'ils cotisent mais que la sécu ne prend que quelques euros en charge comme les lunettes ou les dents, alors que des personnes qui n'ont JAMAIS cotisées peuvent se faire soigner à l’œil ! Tomber malade à l'étranger et vous verrez si tout sera pris en charge ou si vous aurez la note à payer !

  • marxienne
    marxienne     

    je vous tire mon chapeau bien bas, j'ai 55 ans, trois chimio et je sais que je ne pourrais pas en refaire une de plus, vraiment respect, je vous envoie plein de bonnes vibrations

  • marxienne
    marxienne     

    je ne peux qu’être d'accord avec vous car m^me si ils m'ont sauvée avec les trois chimio, ce ne sont pas leur mentalité qui m'a aidée à me sentir mieux mais ils n'ont pas le temps et puis surtout je crois qu'ils ne se rendent pas compte du tout de ce que l'on doit encaisser.Par contre quand cela leur tombe dessus, ils sont très étonnés de voir comment ils sont traités par leur propre collègue avec lesquels ils s'attendaient à un peu plus de compassion qu'ils n'ont pratiquement jamais offert aux autres...

  • pujolm
    pujolm     

    Vous avez tout a fait raison, pour moi il y a un avant et un après.

  • Zotos Joico
    Zotos Joico     

    Je vais être à contre-courant, car on a l'habitude en France d'encenser les médecins ou Professeurs de médecine qu'est le milieu de la cancérologie ! Pourtant parce que je l'ai vécu pendant une période de deux ans pour mon épouse, j’ai pu être spectateur qu’il y règne une vraie incompétence dans ce milieu e de la haute médecine, de plus que la science n’a pas très avancée depuis des décennies malgré tous les moyens financiers qui ont été mis en oeuvre ! Le premier conseil que je donne à une personne qui pense être atteint de cette maladie, c'est d'aller voir son professeur cancérologue pas toute seule, mais d'être accompagnée en toutes circonstances par un à une amie ou bien une proche de la famille et ne pas se laisser abandonner totalement entre les mains des cancérologues. En effet, le malade est tellement abattu qu'il n'a plus de réaction et se laisse totalement à l'abandon entre les mains de son professeur, et ne peut voir toutes les anomalies et erreurs qu'ils peuvent faire dans le couloir de la cancérologie… En résumé pour quatre mois qu'ils donnaient tous à mon épouse, j'ai pu la faire vivre deux ans !

  • sheitandark
    sheitandark     

    vous en voulez à l'ame à ce point la pour nous le ressortir dés que possible ?? savait vous son cout réel ?

  • pujolm
    pujolm     

    Je vais vous parler de mon vécu je suis infirmière en service de réanimation il y a 6 ans de cela on m'a diagnostiqué un lymphome , je vais passer sur mon état d'esprit comme m'a dit l'hématologue; " je ne peux pas te raconter d'histoire tu connais les tenants et les aboutissants" j'ai essayé de travailler mais pour pouvoir s'occuper des autres il faut être super bien dans sa tête ce qui n'était plus le cas, après la 1er chimio je me suis arrêtée, pendant 2 ans 1/2 puis rechute et là a 58 ans, il y a 6 mois j'ai pris ma retraite comme il me manque des années 3 cacahuètes pas grave j'ai des petits enfants et je veux en profiter tant que je peux leur faire des souvenirs comme m'a dit ma petite-fille, j'ai bien fait je suis de nouveau en chimio, alors... non travailler et grave maladie avec de lourds traitements ce n'est tout simplement pas possible car épuisant physiquement et moralement.

Lire la suite des opinions (29)

Votre réponse
Postez un commentaire

    A lire aussi

    BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(0f3c8151b7c9018b2155620013eec1f2) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(444fa48cdf0988801c504787300cce78) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(93b3bb8d427e078977df34881fcf8bd4) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(1384cd6a5a111caf681a198af27dc675) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(85eebd504bb8cf678b2cdd7528268ea4) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(acf9463cb864343c51c1ce58dc368189) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(0dfc771bea2c91000b538fa6004eae0c) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(76ad5ae25e74aca3882a6ae4f70e28ed) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(7da7067453571c460cf71cd22bc29bbe)