Bourdin Direct du lundi au vendredi sur RMC
 

Paul Hermelin, PDG de Capgemini, un des leaders mondiaux du conseil, des services informatiques, va voir son salaire annuel passer de 4,1 à 4,8 millions d'euros, soit + 18% en un an. En réaction, 40 personnalités, dont des responsables politiques et syndicaux ou des intellectuels, lancent un appel, publié jeudi dans Libération, pour demander au gouvernement de légiférer afin de limiter les salaires des patrons. Faut-il plafonner le salaire des grands patrons?

Votre opinion

Postez un commentaire

15 opinions
  • Boucasucs
    Boucasucs     

    Ce n'est pas au peuple de décider mais aux actionnaires des entreprises privés.
    Aimeriez-vous qu'on plafonne le votre en fonction de je ne sais quoi?...
    Il faudrait aussi plafonner les artistes et les sportifs (650000,00 € par jour de tournage)......

  • Boucasucs
    Boucasucs     

    Ce n'est pas au peuple de décider mais aux actionnaires des entreprises privés.
    Aimeriez-vous qu'on plafonne le votre en fonction de je ne sais quoi?...
    Il faudrait aussi plafonner les artistes et les sportifs (650000,00 € par jour de tournage)......

  • Boucasucs
    Boucasucs     

    Ce n'est pas au peuple de décider mais aux actionnaires des entreprises privés.
    Aimeriez-vous qu'on plafonne le votre en fonction de je ne sais quoi?...
    Il faudrait aussi plafonner les artistes et les sportifs (650000,00 € par jour de tournage)......

  • bibifricotin
    bibifricotin     

    comme c'est bizarre notre président normal s'était indigné de la rémunération du pdg de Renault mais pour CAP GEMINI, c'est le silence radio....+18% d'augmentation

  • Timo le cheminot
    Timo le cheminot     

    J'ai voté pour le plafonnement des salaires des grands patrons mais eux créent des emplois et des richesses. Nos députés,ministres,sénateurs ou président ne font que vider les caisses de l'État. C'est surtout leurs salaires qu'il faudrait diminuer et plafonner, ainsi que supprimer la grande majorité de leurs avantages (appartement et voiture de fonction, chauffeur particulier, restauration 5*...)

  • rolodex
    rolodex     

    les politicards ne vont pas se tirer une balle dans le pied en limitant les royalti'es de leurs potes qui les rincent au passage !

  • Fanchon
    Fanchon     

    Moralement ce serait nécessaire, mais juridiquement cela ne tiendra pas .

  • NOUS SOMMES / NOUS POUVONS
    NOUS SOMMES / NOUS POUVONS     

    Juniac air france ( celui qui veux faire travailler les gosses)
    licencie, prévoit 20% de salaires en moins pour les pilotes
    mais lui en 1 ans +40%

  • NOUS SOMMES / NOUS POUVONS
    NOUS SOMMES / NOUS POUVONS     

    Après la Seconde Guerre mondiale, les élites économiques européennes, affaiblies par leur collaboration avec l’Allemagne nazie, doivent faire profil bas. Aux États-Unis, la peur du communisme paralyse la société. Pendant trente ans, des deux côtés de l’Atlantique, les classes moyennes vont profiter de cette situation et prospérer. Mais à la fin des « Trente Glorieuses », les libéraux sentent que l’heure de la revanche a enfin sonné.

    Pour imposer leurs idées, ils utilisent une arme rhétorique redoutable : TINA, le fameux acronyme thatchérien de « There is no alternative », qu’ils vont répéter et faire répéter par tous les médias jusqu’à ce qu’il soit entendu comme une vérité révélée. Il n’y a pas d’alternative au capitalisme, au marché, à la mondialisation, à la déréglementation financière, aux baisses de salaires, aux délocalisations, à la disparition des protections sociales, etc. Cette idéologie va infester les sociétés occidentales, provoquer le déclassement social du plus grand nombre et des profits gigantesques pour quelques-uns.

    Une oligarchie confisque alors le pouvoir. Mais quand la crise financière de la fin des années 2000 met en péril sa fortune et son patrimoine, l’État recouvre soudain toutes ses vertus. Ceux qui hier le vilipendaient réclament son secours à grands cris. Il n’y a pas d’alternative, il faut sauver les banques ! Et pour renflouer les pertes abyssales de l’économie de casino, ce sont encore les plus démunis qui seront rançonnés, à commencer par les salariés.

    Jusqu’à quand ?

  • NOUS SOMMES / NOUS POUVONS
    NOUS SOMMES / NOUS POUVONS     

    oui bien sur, pas plus de 20 fois le smic dans le privé
    et 13 fois dans le public avec des tranche inférieurs au smic pour chaque cumul, notamment dans des conseils d'administrations
    Et interdire également X années a un politique de siegé dans un groupe privé y compris a l’étranger après carrière politique, pour evité corruptions

Lire la suite des opinions (15)

Votre réponse
Postez un commentaire

    A lire aussi

    BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(444fa48cdf0988801c504787300cce78) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(93b3bb8d427e078977df34881fcf8bd4) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(1384cd6a5a111caf681a198af27dc675) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(85eebd504bb8cf678b2cdd7528268ea4) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(acf9463cb864343c51c1ce58dc368189) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(0dfc771bea2c91000b538fa6004eae0c) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(327754124d887944627db2afdfbc02d2) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(76ad5ae25e74aca3882a6ae4f70e28ed) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(7da7067453571c460cf71cd22bc29bbe)