François Hollande le 3 septembre 2015 à l'Elysée.
 

Le gouvernement présente mercredi son projet de réforme constitutionnelle, qui ne devrait finalement pas inclure la déchéance de nationalité des binationaux condamnés dans des affaires de terrorisme, très décriée à gauche. Hollande renonce à la déchéance de nationalité