Oublions les CDD et CDI pour créer un vrai contrat unique
 

Aujourd'hui pour Eric Brunet: "Oublions les CDD et CDI pour créer un vrai contrat unique, il faut plus de souplesse!". D'accord? Pas d'accord? Votez, donnez votre opinion et écoutez Carrément Brunet, de 13h à 14h sur RMC. Oublions les CDD et CDI pour créer un vrai contrat unique

Votre opinion

Postez un commentaire

43 opinions
  • dadoo33
    dadoo33     

    Regardons ce qu'il se passe aujourd'hui chez Eiffage Sud-Ouest.
    La direction essaye d'imposer de travailler 37h30 payées 35 et répartirait le 13ème mois, déjà acquis sur 12 en compensation. Dans le cas contraire c'est un chantage au licenciement avec le remplacement par des travailleurs détachés Polonais à 17 € de l'heure.
    Où sont passés les 51 millions d'euros (à vérifier) qu'aurait touché Eiffage dans le cadre du CICE?
    Non décidément, on ne peut faire confiance à des gens qui ne résonnent que par le profit à tout prix et toucher au temps de travail serait une bêtise. Par contre que l'on discute d'aménagements horaire au cas par cas dans des situations particulières où les entreprises seraient en péril me semble beaucoup plus raisonnable.

  • rosemafia
    rosemafia     

    La première des bonnes choses à faire serait de réformer le code du travail. Ce code qui nuit à l'embauche par sa complexité, le code du travail Français compte 1600 pages, celui de la SUISSE 160, et en SUISSE ils ont des rémunérations nettement supérieure à la FRANCE et du boulot pour tout le monde. En suisse le peuple à le droit à la parole aussi (référendum pour les questions sociétales) En FRANCE ? ZERO !
    Le contrat de travail est un acte conclut entre 2 personnes pour faire évoluer une société, donc les acteurs de cette société à tous les niveaux, seulement voilà, la mentalité Française à changée.
    Nous sommes un peuple de râleurs, fainéants (pour certains) égoïste, et individualiste, c'est pour cela que nous nous cassons la gueule !!!

    alex00000000
    alex00000000      (réponse à rosemafia)

    surtout que nous avons beaucoup de politicards et de syndicalistes "carrièristes " qui racontent aux " gnous" ce qu"ils veulent entendre pour garder leurs privilèges à eux

  • rosemafia
    rosemafia     

    La possibilité d'embaucher sans le risque de devoir se séparer d'un collaborateur à grands frais lorsque le carnet de commande est vide est une bonne option.
    Pour ceux qui ne sont pas employeur, je vous invite à passer de l'autre coté du mur, pour comprendre comment fonctionne une société.
    Licencier un collaborateur est toujours une pénitence.
    Bien sur certains ne voient que par les grands patron du CAC 40, mais la FRANCE ce n'est pas que le CAC 40.
    Il y a des milliers d'employeurs, des TPE, des PME, des artisans, des commerçants, des professions libérales qui donnent du travail à des millions de salariés.
    Le CAC 40 ne représente que 6% de la masse salariale, et certains jugent tous les patrons comme si il faisait tous partis du MEDEF et du CAC 40.
    Que celui qui critique les patrons ose mettre en jeu ses biens personnels, créé son entreprise et vienne nous faire un compte rendu dans 1 an.
    Il y a beaucoup trop de salariés qui parlent sans savoir, car si ils savaient, il aideraient leur patron à pérenniser leur entreprise et donc à préserver leur emploi.

    alex00000000
    alex00000000      (réponse à rosemafia)

    je connais que trop bien la situation. j ai eu droit même à du chantage de la part de certains employés( on le sait d'avance devant les prudhomme le patron a toujours tort) ajouter le racket d'etat...c 'est pourquoi j'ai baissé les bras et j'ai tout vendu.

  • 156156
    156156     

    avons nous le choix??????

    ANSALDO
    ANSALDO      (réponse à 156156)

    Oui en votant FN !

  • Google-114291880150851242407
    Google-114291880150851242407     

    On laisse le CDI et les contrats d'intérim le reste on en a pas besoin.

  • vivelamorille
    vivelamorille     

    Encore un piège à khon.. .

  • nuch
    nuch     

    et comment fait on pour louer un appart sans cdi,pour faire un simple credit, beaucoup de portes sont fermees lorsquenous sommes en cdd ou en interim

  • annette
    annette     

    la sncm a été victime de la concurrence DELOYABLE de corsica ferry, qui est installée e italie, qui emploie des pakistanais dans les soutes 'véritables esclaves" et des gens de l'est sur les ponts!!! ils ne parlent pas le français et nous insultent quand on ne les comprend pas!!! le service est déplorable, ils annoncent un prix et à l'embarquement nous attendent avec "un mètre" pour facturer LE CENTIMETRE de trop !!! JE suis corse, j'y vais tous les ans JAMAIS JE NE PRENDRAI un bateau de M Mattei!!!

    Criss Deslandes
    Criss Deslandes      (réponse à annette)

    Euh................. Et le service à la SNCM..........?

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    85% des embauge son déjà des contrat précaires ,cette souplesse existe donc deja techniquement ,on peu également constater l'effet néfaste sûr l'économie, un salariés précaire cela ne consomme pas En fait cela n'arrange que les grand groupe qui évite de verser des indemnités plus élevé eux qui on souvent recours a l'intérim a l'excès

    MANENTIAL
    MANENTIAL       (réponse à MANENTIAL )

    Après la Seconde Guerre mondiale, les élites économiques européennes, affaiblies par leur collaboration avec l’Allemagne nazie, doivent faire profil bas. Aux États-Unis, la peur du communisme paralyse la société. Pendant trente ans, des deux côtés de l’Atlantique, les classes moyennes vont profiter de cette situation et prospérer. Mais à la fin des « Trente Glorieuses », les libéraux sentent que l’heure de la revanche a enfin sonné.

    Pour imposer leurs idées, ils utilisent une arme rhétorique redoutable : TINA, le fameux acronyme thatchérien de « There is no alternative », qu’ils vont répéter et faire répéter par tous les médias jusqu’à ce qu’il soit entendu comme une vérité révélée. Il n’y a pas d’alternative au capitalisme, au marché, à la mondialisation, à la déréglementation financière, aux baisses de salaires, aux délocalisations, à la disparition des protections sociales, etc. Cette idéologie va infester les sociétés occidentales, provoquer le déclassement social du plus grand nombre et des profits gigantesques pour quelques-uns.

    Une oligarchie confisque alors le pouvoir. Mais quand la crise financière de la fin des années 2000 met en péril sa fortune et son patrimoine, l’État recouvre soudain toutes ses vertus. Ceux qui hier le vilipendaient réclament son secours à grands cris. Il n’y a pas d’alternative, il faut sauver les banques ! Et pour renflouer les pertes abyssales de l’économie de casino, ce sont encore les plus démunis qui seront rançonnés, à commencer par les salariés.

    Jusqu’à quand ?

    dadoo33
    dadoo33      (réponse à MANENTIAL )

    Quand le peuple ne pourra plus se nourrir il descendra dans la rue et renversera le système.
    Cela s'est déjà passé et à l'échelle du temps ce n'est pas si ancien.

  • J Ripleure
    J Ripleure     

    La mobilité, la flexibilité comme objectif, c’est une sorte de retour à l’esclavage ?

    Allez en parler aux Philippins et autre travailleurs du Qatar mais pas dans notre beau pays millénaire.

    Le père et la mère de famille qui rêvent aussi d’avenir pour leurs enfants et viennent d’acheter leur maison en s’endettant pour 30 ans ne rêvent pas de mobilité ou de flexibilité forcée, croyez-moi !

    D’où le désir politique du moment de détruire la famille et le repos dominical, derniers obstacles à l’esclavage organisé par l’oligarchie.

    Laissons des jeunes adultes célibataires le tenter (je l’ai fait) … mais ceci est une autre histoire…

    « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » Bossuet.

    marguerite
    marguerite      (réponse à J Ripleure)

    N ON - soyons clairs.. si vous ne modifiez rien...... le temps se chargera de vous ramener en ARRIERE de 20 à 30
    ans en 2 ou 3 ans - la MONDIALISATION va se comporter comme un RAZ de marée... par contre si l'on réagit (et on a pris du retard) chacun de nos citoyens peuvent accepter volontairement un baisse de nos NIVEAUX de vie de 8 à 10 %
    et avoir 85 à 95 % de chance de REBONDIR......et de monter dans le TRAIN de l'économie nouvelle......je sai que c'est dûr à lire et à entendre...... mais il faut choisir le MOINDRE MAL....

Lire la suite des opinions (43)

Votre réponse
Postez un commentaire

    A lire aussi

    BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(444fa48cdf0988801c504787300cce78) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(93b3bb8d427e078977df34881fcf8bd4) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(1384cd6a5a111caf681a198af27dc675) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(85eebd504bb8cf678b2cdd7528268ea4) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(acf9463cb864343c51c1ce58dc368189) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(0dfc771bea2c91000b538fa6004eae0c) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(327754124d887944627db2afdfbc02d2) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(76ad5ae25e74aca3882a6ae4f70e28ed) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(7da7067453571c460cf71cd22bc29bbe)