RMC

Vidéos

L'ancienne ministre de la Santé et professeure en hématologie, Agnès Buzyn, est l'invitée de la Matinale Week-End de RMC.

Nicolas Poincaré revient sur l'histoire du porte-avions "Foch", bientôt coulé

Nicolas Poincaré revient sur l'histoire du porte-avions "Foch", bientôt coulé

C’est une longue histoire, qui commence au début des années 60, à l’époque du gaullisme triomphant. Les chantiers navals de Saint-Nazaire lancent coup sur coup, trois navires, Le France, le plus long et paquebot du monde, puis deux porte-avions militaires. Le Clemenceau et le Foch, qui vont assurer le prestige de la France sur toutes les mers du monde pendant plus de 35 ans. Le Foch est intervenu au Liban dans les années 80 pour protéger les troupes françaises. Et surtout en l’ex-Yougoslavie dans les années 90. C’est le seul moment où il a vraiment fait la guerre. Ce sont les avions décollant du Foch qui ont bombardé les positions serbes. Aux côtés des Américains. Puis en 2.000 le Foch a été jugé trop vieux et la France s'en est séparé.

Persson : "Les congés ont été généralisés à la suite d'une grève générale"

Persson : "Les congés ont été généralisés à la suite d'une grève générale"

Axel Persson, syndiqué à la CGT Cheminots, défend le droit de grève à toutes périodes, ce que souhaiterait limiter le gouvernement et certains députés : "Qu'on arrête alors pendant les vacances d'examiner des projets de loi qui s'attaquent aux retraites ou que l'on interdise aux employeurs de procéder à des licenciements ou à des restructurations ou mesures néfastes. Non, on n'est pas favorable à ce que l'on réduise notre possibilité de se battre au motif des vacances. Quand on invoque le droit de grève pendant les vacances, je trouve cela très curieux, pour un droit gagné lors de grèves. Toutes les mesures visent à nous castrer et nous rendre inoffensif. On nous attaque très violemment, car ils savent que notre seul moyen d'action, c'est la grève."

Besse : "Je propose d'interdire les grèves les jours de grands départs"

Besse : "Je propose d'interdire les grèves les jours de grands départs"

La députée Véronique Besse, comme le gouvernement d'ailleurs, veut mieux encadrer le droit de grève en France dans le secteur du transport. Elle s'en explique dans "Apolline Matin" : "Je ne remets surtout pas en cause le droit de grève, mais je propose que la grève soit interdite pendant les vacances les jours de grands départs et de retours. Aujourd'hui, les Français sont fatigués physiquement et moralement et ne veulent pas être pris en otage. Il y a un préjudice financier et moral. Limiter la grève serait bon pour tout le monde. J'ai plutôt de la sympathie pour le mouvement de mobilisation. Pour le moment, je ne vote pas le projet de réforme."

Pimkie est la dernière victime d'un secteur de l'habillement en pleine crise

Pimkie est la dernière victime d'un secteur de l'habillement en pleine crise

Il y a bien sûr, l’augmentation des loyers, 1,3 fois plus rapide que celle des ventes selon les chiffres d'Eight Advisory, alors que les boutiques ont dû payer leur loyer même pendant les confinements, les remboursements de PGE, quand il y en a eu, la flambée des prix des tissus (+107 % en un an pour le coton), des coûts de transport. Et puis les clients ne sont pas revenus comme avant le Covid (-15% de fréquentation des magasins par rapport à 2019). Ils achètent moins, plus souvent de l’occasion et plus souvent sur internet.  

Le Conte : "Seules 2 personnes se sont offusquées du retrait du pain"

Le Conte : "Seules 2 personnes se sont offusquées du retrait du pain"

Le pain a été retiré des plateaux repas distribués aux personnes âgées de Lisieux. C'est en raison de l'inflation et un "épiphénomène" pour M. Le Conte, du Centre d'action sociale de Lisieux, qui explique que le pain "finissait souvent sur le bord de l'évier" : "Cette décision a été prise lords de la dernière réunion de Conseil pour plafonner le repas à 6€ au lieu de 7€ si on avait suivi l'inflation. On nous avait fait remonter par notre agent qui livre les plateaux repas, que le pain n'était souvent pas consommé dans les plateaux-repas. C'est donc un épiphénomène. On a des moyens de compensation. On a 150 agents au quotidien qui accompagnent les pers vieillissantes et sept millions € de budget pour l'autonomie. J'en suis très fier de mon CCAS. La ville de Lisieux en fait bcp pour les personnes âgées."

Il reste des victimes d'amiante qui ne profitent pas des compensations promises par l'Etat

Il reste des victimes d'amiante qui ne profitent pas des compensations promises par l'Etat

Des milliers de travailleurs ont manipulé de l’amiante ou respiré des poussières d’amiante avec un risque de tomber gravement malade, beaucoup sont décédés. Pour réparer ce préjudice, l’Etat leur a octroyé le droit de partir à la retraite plus tôt. Sauf que l’administration ne parvient plus à respecter le délai réglementaire de deux mois. Nous l’avions révélé en décembre. À l’époque, 144 dossiers étaient en retard. Aujourd’hui, c’est légèrement mieux : il en reste 82. Dont le dossier d’Alain, qui a entendu notre première enquête et nous a écrit. Cette victime de l’amiante travaillait sur les chantiers navals du Havre dans les années 1980. Cela fait déjà un an qu’il devrait être en pré-retraite :