Faites-vous confiance aux journalistes?
 

Eric Brunet vous pose la question; faites-vous confiance aux journalistes? Oui? Non? Votez et écoutez Radio Brunet de 13h à 15h sur RMC. Faites-vous confiance aux journalistes?

Votre opinion

Postez un commentaire

60 opinions
  • Touslesors
    Touslesors     

    Non, j'estime que les journalistes s'installent dans un confort qui ne cessent de les éloigner de certaines réalités. Je prend exemple de la crise de Guyane (en France). Les médias ont pris près de 2 jours avant d'en débattre, alors qu'ils étaitent tous centrés sur la Grande-Bretagne, qui je rappelle quitte prochainement l'Union Européenne. Alors nous citoyens arrivons à faire de l'information sans vous. Merci.

  • Sami Nerve
    Sami Nerve     

    Les Journalistes ont prouvé des milliers de fois qu'ils agissent contre les intérêts du peuple... Ce sont les traîtres en première ligne responsable de la situation dans laquelle on se trouve !!

  • Olivier Veron
    Olivier Veron     

    Ce qui donne le plus de méfiance est que l'on ne connais pas la sensibilité politiques des journalistes... et cela va influencé leurs questions.

  • expat93
    expat93     

    Les "aides à la presse", la populasse de gauche appelle ça "les aides pour soutenir la pluralité et la diversité de la presse".
    Un officier supérieur, peut-être diplômé d'une école militaire comme Saint-Cyr par exemple (donc une école républicaine malgré tout), appellera ça plus simplement "le budget de l'organe de propagande de l'État". Ce qui se confirme facilement quand on voit qui sont les bénéficiaires, et qui ne le sont pas.

    Ce budget propagande (le fameux "programme 180"), a été voté au Sénat pour 574 millions d'Euros dans le PLF (projet de loi de finances) 2017, et celà c'est hors TVA réduite, sans quoi on doit pouvoir rivaliser avec le budget US de 750 millions de dollars.

    574 millions d'Euros, c'est donc ce que l'on dépense pour effectuer le lavage de cerveau d'un petit pays de 66 millions d'habitants, notamment pour leur répéter à longueur de journée que des journaux comme RT (Russia Today) et Sputnik qui touchent un public plus large (puisqu'ils sont broadcasté en plus de 7 langues) pratiquent la propagande et la désinformation de masse avec un budget annuel de 250 millions d'Euros.

    Comment donc est-ce que la Russie arrive donc à faire de la propagande auprès d'un plus large public que la France, avec un budget hors TVAs réduites n'étant même pas égal à la moitié?

    Comment est-ce que RT peuvent-ils mentir au sujet de la Syrie, quand ils y envoient véritablement des correspondants sur place (avec donc un risque physique), couvert par des (au pluriel donc) équipes de tournages à Alep, et Damas?
    Comment est-ce que (OSDH) l'observatoire syrien des droits de l'homme (une personne basé dans un local à Londres) peut-il prétendre en savoir plus qu'un journal qui dispose d'au moins 2 équipes de tournage sur place?
    Comment est-ce que le journal "Le Monde" arrive-t-il à s'assurer de la véracité de ses sources, quand son correspondant "local" Benjamin Barthe est situé à Beyrouth? Soit à 400kms de la zone de conflit?
    Libé, l'Express, Le Nouvel Obs, et le Huffington Post n'ayant pour leur part que repris des dépêches AFP ou des témoignages sur Twitter de personnes qui nous ont annoncé maintes fois leur mort en direct lors de la reprise d'Alep mais qui malheureusement twittent encore...
    Comment est que Laurent Fabius fait-il en Octobre 2013 était persuadé que c'était le régime de Bachar Al-Assad qui avait fait usage des armes chimiques, alors qu'au mois de Mais de la même année c'était des membres du Front Al-Nostra qui avaient été arrêtés par la police Turque en possession de gaz sarin.
    Comment peut-il en être aussi sûr de l'origine de l'attaque, lui qui à la base n'est même pas foutu de savoir d'où son moufflet sort son pognon quand il s'achète un appart à millions d'Euros à côté de la place Vendôme?

    Pourquoi devrait-on croire raisonnablement qu'un pays comme les USA qui dépensent chaque année 50 milliards de dollars pour financer leur programmes de renseignements (en plus de leurs 750 milliards de dollars de budget de défense militaire) aient pu se laisser hacker pendant la campagne présidentielle par des petits hackers Russes, alors que n'importe quelle multinationale correcte arrive à blinder son infrastructure informatique avec une poignée de millions d'Euros chaque année? Pourquoi?

    Et surtout, comment est-ce que la presse a pu en boucle nous rabâcher les oreilles avec ça? Pourquoi doit on encore croire la presse après ça?

    Claude Boisseau
    Claude Boisseau      (réponse à expat93)

    Parfaitement d'accord, rien à rajouter.

  • petit_joseph38
    petit_joseph38     

    Quand on sait que 94% des journalistes ont voté Hollande aux élections de 2012 il est évidentque les informations sont orientées à gauche.
    De plus le passage obligé pour être journaliste est Science Po, où laz majorité des profs est orientée à gauche.
    La preuve en est que l'affaire Fillon a été instrumentée par les journalistes et maintenant ils veinnent nous dire que la campagne présidentielle ne parle pas des sujets importants comme le chômage, l'insécurité, l'économie.
    Enfin pourquoi aucun journal radio, presse écrite ou télé n'a jamais parlé de Mr Hollande insulté au salon de l'agrioculture ?

  • Pascale Jbt
    Pascale Jbt     

    Tous manipulateurs et manipulés...non, je ne fais pas du tout confiance aux journalistes qui ne sont pas impartiaux du tout !!!

  • Bernard Mitjavile
    Bernard Mitjavile     

    C'est difficile de parler généralement mais quand on voit les études sur différence entre les votes des journalistes, nettement plus marqués à gauche et à l'extreme gauche et le reste de la population, on voit que l'on a à faire à des militants.

  • Julien Marcel
    Julien Marcel     

    Non, en effet, nous n'avons plus confiance du tout dans les journalistes. Pourquoi ? Parce que ceux-ci se comportent comme des militants politiques : incapables d'objectivité, ils trient l'information selon leur prisme idéologique, ce qui induit plusieurs types de comportement :

    - mensonge flagrant ;
    - mensonge par omission (auto-censure : certains sujets sont volontairement passés sous silence, le journaliste décidant, selon son idéologie, de ce que son public a le droit de savoir ou de ne pas savoir) ;
    - à l'inverse, exagération de certains faits, pour tenter de susciter l'indignation de son public ;
    - utilisation des médias publics à des fins de propagande idéologique (que l'on soit d'accord ou pas avec le FN, par exemple, il est très choquant de voir France Info réaliser des clips anti-FN, alors que le tiers de son auditoire, qui le finance, vote FN. Autre exemple : exposition démesurée du candidat des médias, Macron) ;

    Ces graves manquements à l'éthique du journalisme (voir charte de Munich de 1971) sont aggravés par le fait qu'il existe une très forte consanguinité idéologique au sein de cette profession : encore ces jours derniers, l'on apprenait que plus de 80% des étudiants de Science-Po entendaient voter à gauche aux prochaines présidentielles, 10% s'abstenant et moins de 10% comptant voter à droite : l'écart avec l'ensemble de la population française est en croissance constante.

  • démoskratos70000
    démoskratos70000     

    bonjour,
    je ne crois plus aux journalistes et journaux télévisés pour la simple et bonne raison c'est qu'on bloque les personnes qui ont des choses à dire et les vrais débats comme par exemple la remise en question de l'UE, il n'y a aucun vrai débat sur ce sujet car tous les politiques qui passent à la télé sont des européistes convaincus.
    Cordialement

  • Danielle Lelaidier
    Danielle Lelaidier     

    Seulement à charge dans l'affaire Fillon et tous dans le même sens c'est complètement
    anormal....

Lire la suite des opinions (60)

Votre réponse
Postez un commentaire