En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Quand Ménard reconnaît s’être trompé sur Macron: "j’étais le premier à me moquer, mais il avait raison"

Robert Ménard
 

Invité ce mercredi de Radio Brunet, Robert Ménard a reconnu qu'Emmanuel Macron, futur président de la République, a "ringardisé la façon dont on fait de la politique". 

Newsletter RMC

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Gérard LHOMME
    Gérard LHOMME     

    Bonjour Eric,
    L'ENFUMAGE DANS SON PLUS BEL EFFET.
    Devant les résultats catastrophiques du bilan de François HOLLANDE et devant un avenir affiché, Mr Emmanuel MACRON quitte le navire et laisse celui qui l'a mené là où il se trouve (son mentor) avant que celui-ci ne coule et l'entraîne avec lui. Il en est de ces personnes pour qui la fidélité et le courage ne sont pas une marque de fabrique. (Prenons ce qu'il y a à prendre et courage fuyons !)
    Donc, nous pourrions penser que tel JUDAS, le jeune coq soit affublé du qualificatif de traître.
    Que nenni mon brave. Que nenni !
    Celui qui assume et attend son moment pour postuler au poste suprême et devant le recul (pléonasme) de François HOLLANDE, Manuel Valls se retrouve taxé de félon à la cause.
    Le mentor pour asseoir sa position (de mentor) qui n'a d'autre moyen que de caresser dans le sens du poil ( le cou, les épaules) de celui qui l'a laissé au milieu du gué.
    Et nous nous trouvons dans la situation où pour mettre à genou et obtenir tout de celui qui est resté. Mr Manuel Valls est refusé par En Marche et convoqué par le parti socialiste.
    Les protagonistes:
    François HOLLANDE qui fait un pas devant puis un pas en arrière.
    Emmauel MACRON qui peut-être à droite ou bien à gauche.
    Manuel VALLS qui aurait mieux fait de se taire plutôt que dire la vérité.
    Comme je vous le disais le plus beau des enfumages.
    À j'oubliais bien sûr,
    Nous, "le Tiers États" entre le marteau et l'enclume.
    GL

Votre réponse
Postez un commentaire