En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Viol: "Il ne faut pas supprimer la prescription", juge Charles Consigny

Charles Consigny.
 

Dans un livre parue mercredi 19 octobre, La consolation, Flavie Flament révèle qu'elle a été violée à l'âge de 13 ans. Elle explique que son violeur, photographe mondialement connue, ne peut pas être dénoncé, puisque les faits sont prescrits. Ce jeudi les Grandes Gueules se sont interrogées : faut-il supprimer la prescription pour les affaires de viol? Non, répond le juriste Charles Consigny.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Bajul
    Bajul      

    Le délai de prescription me paraît une aberration ! Quand on a commis un crime ce délai de prescription voudrait dire qu'à partir d'une certaine date on est pardonné !!! Non un crime doit être puni , il n'y a pas y avoir de date limite .......

  • colonel kling
    colonel kling      

    Petite précision, le délai de 20 ans court à partir du premier jour de la majorité légale, donc jusqu'aux 38 ans révolus de la victime et il faut que les faits aient été commis alors que la victime avait moins de 15 ans.
    Sinon je suis d'accord avec Charles, il y a à la fois un vrai problème d’administration de la preuve (souvenirs des victimes, témoins décédés ou inaudibles, lieux qui ont changé) surtout dans une matière où cela se résume souvent à parole contre parole, a fortiori des années après et aussi un droit à l'oubli au bout d'un certain délai ( si le mis en cause a établie une famille dans l'intervalle, faut il fracasser celle-ci 25 ou 30 ans après les faits?).
    Concernant le cas de Flavie Flament, il s'agit d'une personne connue, avec surement des appuis dans le milieu politico judiciaire, je pense que plus que d'autres victimes moins aidées , elle avait tout de même la latitude de révéler cela avant que le délai de prescription soit échu. Il est un peu facile de se retrancher derrière ce délai maintenant, cela lui évite bien opportunément d'être confrontée à la défense de celui qu'elle accuse...

Votre réponse
Postez un commentaire