En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Un bébé - Illustration - Archives AFP
 

Face à la baisse des dons d'ovocytes et de spermatozoïdes, l'Agence de biomédecine, lance une nouvelle campagne pour promouvoir ces dons.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • yuropp
    yuropp     

    Ils sont gonflés, les 255 donneur. Parce que qu'est-ce qui empêche une jugessse plus sexiste que la moyenne de les condamner, dans 8 jours ou dans 50 ans, à payer à vie (leurs héritiers inclus) l'entretien de "leurs" enfants ? Voire d'"assimiler à" un viol le fait d'engrosser une inconnue ? Il est redoutable, le pouvoir d'arbitraire des syndiqués et quées de la magistrature…
    Le simple fait qu'une demande pour révéler l'identité d'un donneur soit "examinée" par l'administration judiciaire décrédibilise la loi qui protège l'anonymat des donneurs. Et au moins un cas de vol judiciaire de sperme au profit d'une ex-épouse (qui s'est empressée de réclamer une pension dans la foulée) s'est déjà produit aux US… Ce n'est qu'une question de temps avant que nos sexistes locales n'organisent le même genre d'opération.

    255 naïfs, c'est beaucoup, je trouve.

Votre réponse
Postez un commentaire