RMC
INFO RMC

Plaintes des clients du site de bricolage "interditaupublic.com", qui encaisse mais ne livre plus

INFO RMC. Le site internet "interditaupublic.com" vend des produits de bricolage. En redressement judiciaire, il continue d'encaisser les commandes sans les honorer. Des utilisateurs déponsent plainte et un ex-employé témoigne sur RMC.

Matthieu nous a contacté à l’adresse rmcpourvous@rmc.fr en juin dernier: il a emménagé dans une maison à Toulouse et avait besoin d’une grande échelle pour les travaux. Il s'est rendu sur le site de vente en ligne "interditaupublic.com", spécialiste du déstockage de matériel de bricolage. Il trouve son bonheur pour 330€. La bonne affaire, se dit-il. Sauf que cette échelle, il ne l’a jamais reçue.

"J'ai juste reçu un mail me disant que la commande était annulée. On a payé pour un produit qu'on ne recevera pas, et dont on ne recevera même pas le remboursement. On a le sentiment de s'être fait clairement arnaqués", souffle-t-il.

Et pour cause : "interditaupublic" est en cessation de paiement depuis le 10 juin 2022. Mais ça, Matthieu ne l’a découvert qu’après sa commande. Le 18 octobre dernier, le tribunal de commerce de Paris a placé l’entreprise en redressement judiciaire.

Le site continue d'encaisser les commandes sans les honorer

Mais le site n'est pas encore fermé. Car redressement judiciaire ne signifie pas arrêt des ventes. Le site peut donc continuer à encaisser des commandes sans les honorer, et aucune loi ne l’oblige à informer les clients de son statut judiciaire.

Sur Facebook, une page intitulée “Action de groupe contre Interdit au Public” réunit 328 personnes lésées, pour un préjudice total estimé à plus de 200.000€. C’est Félix qui a créé ce groupe.

"J'aimerais que les consommateurs soient informés du risque qu'ils prennent au moment où ils achètent. Parce que je n'ai pas envie d'avoir 1.000 personnes sur mon grope. J'aimerais que les pouvoirs publics s'emparent de cette question. Il est trop facile de créer un site internet et de prendre l'argent des gens", regrette-t-il.

Comme des dizaines d’autres clients, Félix a porté plainte contre le site pour escroquerie.

Pourquoi l'entreprise est en difficulté

Grâce au témoignage d’un ancien salarié qui a accepté de se confier aux équipes de "RMC s'engage pour vous", à condition que l’on préserve son anonymat. Il a démissionné l’année dernière.

"Il y a des clients que j'avais dix fois par jour au téléphone. Je les avais plus que ma mère au téléphone. On disait qu'il y avait des retards mais quand on se rend compte qu'en fait le patron ne payait pas forcément le fournisseur... Quand on connaît l'envers du décor en fait au bout d'un moment j'étais honnête, je ne pouvais pas travailler dans des conditions comme ça", explique-t-il.

Nous avons contacté l’entreprise interditaupublic.com, qui n’a pas répondu à nos multiples sollicitations. Nous avons par ailleurs alerté le Ministère de l’Economie sur les pratiques de ce site de vente en ligne.

Si vous êtes un client lésé, vous avez jusqu'à ce lundi 2 janvier au soir pour vous déclarer créancier auprès du mandataire judiciaire, il faut envoyer un courrier recommandé, cachet de la poste faisant foi. C’est ce qu’a fait Matthieu pour sa grande échelle, il doit désormais attendre de revoir, un jour peut-être, ses 330€.

Contactez-nous à l'adresse mail : rmcpourvous@rmc.fr

Amélie Rosique et Elise Denjean (édité par J.A.)