RMC

19 ou 38 euros? Finalement, le gouvernement prolonge l'opération autour des tickets restaurants

LECHYPRE D'AFFAIRES - La mesure du doublement du plafond journalier devait prendre fin le 31 août.

Bonne nouvelle pour ceux qui en bénéficient: le plafond des tickets restaurants est maintenu à 38 euros jusqu’en février 2022. Le ticket restaurant, un chèque qui peut prendre aussi la forme d’une carte bancaire, c’est un forfait destiné à payer un repas par jour, financé à hauteur de 50% environ par l’entreprise.

C’est un avantage social alternatif au restaurant d’entreprise. A l’issue du premier confinement, en juin 2020, le plafond avait été relevé de 19 à 38 euros, utilisable tous les jours y compris le weekend et la date de validité avait été prolongée de février à septembre. Pour permettre aux 4 millions de salariés qui en bénéficient d’écouler les titres accumulés pendant le confinement, pour soutenir les restaurateurs.

Ce dispositif devait s’arrêter le 31 août. Il sera prolongé jusqu’au 28 février 2022

C’est évidemment une bonne nouvelle pour les salariés parce que concrètement c’est une augmentation de leur pouvoir d’achat, entre 550 et 600 euros par mois tout de même. Qu’ils ont utilisé d’ailleurs au cours des derniers mois. Le relèvement du plafond en juin a fait progressé le ticket moyen de 14 à 21 euros, et a conduit à une augmentation de 5 à 10% de l’utilisation des tickets resto le dimanche.

Au final, grâce à ces mesures, ce sont 700 millions d’euros qui ont été réinjectés dans l’économie, alors qu’ils auraient été perdus. L’équivalent de 33 millions de repas.

Est-ce que le maintien du plafond à 38 euros est tant que ça une bonne nouvelle pour les restaurateurs ?

Oui, car le marché global des tickets restaurant c’est 7 milliards d’euros, qui font vivre quand même près de 170.000 personnes dans les restos et commerces de bouche puisque le détenteur de ticket restaurant va en moyenne 5 fois plus au resto.

Reste que les restaurateurs sont engagés dans un bras de fer sur le montant des commissions que touchent les fournisseurs de TR. Et ces commissions sont élevées : 3,5% sur les tickets restaurant, 4,5% sur les cartes, c’est 10 fois plus que les cartes bancaires. Plusieurs acteurs du secteur ont d'ailleurs été condamnés pour entente illégale en 2019.

Emmanuel Lechypre (avec J.A.)