RMC

A Marseille, près de 50% des enfants ne savent pas nager

La noyade est la première cause de mortalité par accident domestique chez les moins de 25 ans.

C'est la seule métropole française de bord de mer et pourtant, près de la moitié des enfants marseillais ne savent pas nager. Selon une enquête menée par la ville, 40 à 50 % des enfants de la cité phocéenne ne savent pas nager à la fin du CM2, c'est beaucoup plus que dans le reste du pays. 

>> A LIRE AUSSI - Plus de 300 accidents de noyade en un mois: faut-il s'inquiéter?

La nage est encore hésitante pour les deux filles Ariski, 9 et 13 ans, alors ce papa essaye de leur donner quelques conseils. À 11 ans, Kadija ne sait pas nager, même si elle a été à la piscine avec son école beaucoup de cours de natation ont été annulés faute de moyen. “Il y avait des cours en CE1 et en CE2 mais ça a été beaucoup annulé parce que les cars n’étaient pas disponibles”, indique la jeune fille.

Sur la plage de la pointe rouge, les sauveteurs nageurs sont très vigilants, résultat, on ne compte qu’un début de noyade depuis le début de l’année, pour Martial policier sauveteur la prévention est importante.

“On a briefé nos équipes pour qu'elles soient vigilantes sur le sable, dans l’eau. On va demander aux parents de mettre des brassards aux enfants qui ne savent pas nager”, explique-t-il.

Des bassins de nage en mer

Marseille ne compte que 14 piscines municipales pour les 77.000 enfants de la ville scolarisés en primaire. Côté mairie, on essaye de trouver des solutions, comme l’assure Sébastien Jibrayel, adjoint au sport.

“C’est des piscines municipales qu’ils ont mises à disposition gratuitement à des associations sportives qui bénéficient de subvention de l’agence nationale du sport pour organiser le dispositif, "j'apprends à nager". C’est un dispositif qui est en direction des enfants de 6 à 12 ans et qui permet d’apprendre à nager en une semaine”, détaille-t-il.

Pour compenser le manque de piscine, la mairie compte aussi créer des bassins de nage en mer.

Clémence Fournival avec Guillaume Descours