RMC

“La priorité, c’est l’aisance aquatique": à Dijon, des cours de natation offerts pour éviter les noyades

Avec le Covid-19, les piscines ont été fermées pendant plusieurs mois. En Côte-d'Or, la ville de Dijon offre donc des cours de natation aux enfants qui ne savent pas nager pour éviter les risques de noyade

Près de 800 000 écoliers et collégiens n’ont pas pu apprendre à nager ou pratiquer de manière régulière la natation depuis le début de la crise sanitaire. Avec des bassins fermés durant des mois en raison de la pandémie, des communes entraînent en express les enfants pour limiter les noyades avant l'été.

Après sa quatrième séance, Aya ne sait pas encore tout à fait nager, mais elle se sent déjà plus à l’aise. “Avant, j’avais peur de me noyer même si j’avais les brassards, mais maintenant, je n’ai plus peur”, assure-t-elle.

>> A LIRE AUSSI - Des bouées de sauvetage disponibles en libre accès pour lutter contre les noyades

Bruno, son maître-nageur, varie les exercices et travaille les fondamentaux avec son groupe de débutants avancé en prévision de l’été.

“La priorité, c’est l’aisance aquatique qui est déjà acquise, mais qui doit être renforcée. Et ensuite, on est capable de faire des mouvements pour rejoindre une berge, un bord de bassin”, explique-t-il.

Une expérience à renouveler

C’est vrai que cette année, très peu de cours de natation ont été maintenus. Alors pour Julien, responsable de la piscine, il faut absolument rattraper le retard.

"Là, on récupère des enfants qui avaient peut-être commencé plein de choses, mais pas fini. Et c’est là que c’est le plus dangereux parce qu'ils pensent savoir nager et être autonome et donc les parents derrière font confiance. Mais l’accident arrive tellement vite qu’il ne faut pas penser savoir, il faut être sûr et avoir automatisé les acquisitions”, indique-t-il.

Des savoirs fondamentaux que le maire de Dijon, François Rebsamen, a voulu rendre accessibles à tous par la gratuité du projet. Et le maire espère bien renouveler l’expérience, peut-être au mois de septembre.

Azaïs Perronin avec Guillaume Descours