RMC

Comptes fermés, argent confisqué: la banque en ligne N26 assignée en justice

INFO RMC. La banque en ligne N26, qui compte deux millions et demi de clients en France, est assignée en justice par d'anciens clients après nos révélations. Ils accusent N26 d'avoir fermé leur compte brutalement, avant de confisquer de manière abusive leur argent. L'audience au tribunal a été fixée au 12 avril.

Après les révélations de RMC il y a un mois, la banque en ligne N26 se retrouve assignée en justice. D'anciens clients ont décidé d'assigner cette banque allemande via une action groupée. Ils accusent N26 d'avoir brutalement fermé leur compte, avec parfois plusieurs milliers d'euros dessus.

>> Tous les podcasts de "RMC s'engage pour vous"

Audience prévue le 12 avril

L'avocate chargée de l'affaire, Emma Léoty, du cabinet Choisez et Associés, réclame une restitution immédiate des fonds mais aussi des dommages et intérêts. Elle demande également à N26 de dire où va l'argent de ses clients. 

"On n'a jamais vu une banque, de son propre chef, bloquer de l'argent de façon totalement aléatoire et injustifiée, de l'argent qui appartient à des personnes qui en ont besoin pour vivre au quotidien. N26 devra répondre devant un juge français de ces blocages intempestifs", explique-t-elle. 

Une audience en référé a été fixée au 12 avril prochain devant le tribunal judiciaire de Nanterre.

Pour l'instant, cinq anciens clients ont donné mandat à l'avocate d'assigner la banque, mais bien d'autres pourraient les rejoindre, d'autant plus d'une page Facebook intitulée "Communauté des clients arnaqués par N26" a vu le jour. Maitre Emma Léoty a d'ailleurs déjà reçu une cinquantaine de demandes d'informations. 

"Je me battrai jusqu'au bout"

Parmi ceux qui ont décidé d'intenter cette action judiciaire, Abdourame Aidara. Il avait plus de 10.000 euros sur son compte quand N26 l'a fermé il y a près de deux ans.

"C'est un vrai coup de massue quand ça arrive parce qu'on a des enfants à nourrir, des charges. Je me battrai jusqu'au bout pour faire cesser de genre de méthodes. C'est vraiment un scandale d'avoir ce genre de situation de nos jours".

Après nos révélations, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le gendarme des banques, a demandé des explications à N26. Le ministère de l'Economie, contacté par RMC, assure qu'il "demeure vigilant s'agissant de la protection des droits des épargnants et des détenteurs de comptes bancaires".

La banque, de son côté, explique que les comptes fermés sont, le plus souvent, soupçonnés de fraude ou de blanchiment, et que seuls 3% des clients dans cette situation n'ont pas encore récupéré leur argent.

Marie Dupin