RMC

Télés, tireuses à bière, appareils à raclette... La Coupe du Monde dope déjà les ventes de certains produits

Les ventes de télé en hausse de 15% depuis fin octobre.

Les ventes de télé en hausse de 15% depuis fin octobre. - Pexels

Si les téléviseurs profitent déjà d'un effet Coupe du Monde, d'autres produits d'équipement pourraient voir leurs ventes tirées par l'événement. Mais les professionnels de la consommation ne s'attendent pas à une année extraordinaire dans le contexte actuel.

La Coupe du Monde en automne va-t-elle changer les habitudes de consommation des Français? Tous les quatre ans, la plus populaire des compétitions sportives a un effet important sur les achats des Français. En 2018, grâce au parcours des Bleus, les ventes en grande distribution avaient progressé de 2,1% grâce à la surconsommation durant la période de bières, pizzas, chips et même champagne (victoire oblige).

Les ventes de téléviseurs avaient aussi profité de l'engouement des Français pour leur équipe nationale. La Coupe du Monde avait dopé les ventes d'environ 250.000 unités il y a quatre ans.

En sera-t-il de même cette année? À quelques heures du coup d'envoi de Qatar 2022, les enseignes sont plutôt confiantes. Notamment pour les téléviseurs qu'on achète généralement avant le début de la compétition.

+30% sur les téléviseurs

"Le début d'année a été difficile avec un recul des ventes de 15% en valeur, constate Laurent Darrieutort, le directeur électronique grand public de Fnac-Darty. Mais depuis trois semaines on assiste à une explosion des ventes. La croissance est de l'ordre de 30% en valeur car les consommateurs achètent des modèles très grands. La norme, ça devient les modèles 65 pouces contre 48 pouces habituellement."

Après un début d'année marqué par l'inflation et les arbitrages en matière de consommation, la période qui s'ouvre était très attendue par les distributeurs.

"L'effet Coupe du Monde est indéniable mais il y a aussi le Black Friday qui débute, rappelle Olivier Garcia, le directeur e-commerce non alimentaire de Carrefour. J'ai rarement vu une croissance aussi forte en valeur et en volume."

S'il y a un effet de rattrapage après un début d'année morose, le fait que la compétition ait lieu en automne n'y est pas non plus pour rien. Du fait de la météo, c'est surtout à la maison qu'on regardera les matchs cette année. D'autant que la plupart des grandes villes du pays ont décidé de boycotter l'événement en ne proposant pas d'écrans géants. Les fans de foot vont donc se replier sur l'intérieur.

Des consommateurs raisonnables

Une Coupe du Monde "cocooning" en quelque sorte qui pourrait aussi entraîner une surconsommation d'appareils de préparation culinaire de type tireuse à bière, friteuse voire appareil à raclette du fait de la saison.

"Pour le moment, nous ne constatons pas d'engouement particulier pour ces produits de convivialité, reconnaît Olivier Garcia. Mais c'est normal, ce sont des achats de dernière minute. À la différence du téléviseur qu'on veut recevoir avant le début de la compétition, les tireuses à bière et autres appareils à croque-monsieur on les achète le jour du match."

Tout dépendra surtout du parcours de l'Equipe de France. En 2018, l'intérêt des Français s'était surtout manifesté après le huitième de finale contre l'Argentine. Auparavant l'engouement était relativement faible et les effets sur la consommation peu spectaculaires.

Mais même si l'équipe brille, les professionnels ne s'attendent pas non plus à un enthousiasme débordant de la part de consommateurs.

"Après un début 2022 difficile, la Coupe du Monde permettra peut-être de sauver l'année sur le marché des téléviseurs, espère Laurent Darrieutort. Mais il devrait tout de même rester négatif."

Entre un pouvoir d'achat entamé par l'inflation, les achats de Noël qui ont débuté, la conjoncture est peu propice au laisser-aller.

"Ce qui est sûr, c'est que les gens vont faire des choix entre la télévision et les cadeaux de Noël, affirme Emmanuel Deschamps, directeur général de Boulanger à FranceInfo. Peut-être que ce sera l'un ou l'autre et pas les deux".
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco