RMC

Il n'arrive pas à embaucher via Pôle Emploi, puis reçoit 500 candidatures après un article dans la presse

-

- - Philippe Huguen - AFP

Pendant deux ans, la Ferme de la Gontière, leader français de la production de champignons, a cherché à embaucher trente personnes en CDI. Malgré des annonces parues à Pôle Emploi, au département et à la région, l'entreprise basée à Comines (Hauts-de-France) n'a jamais trouver de candidats et devait embaucher des travailleurs saisonniers polonais. Jusqu'à la publication d'un article dans La Voix du Nord, ce lundi. Depuis, l'entreprise a reçu 500 candidatures, à la grande joie de son directeur, Grégoire Motte.

Grégoire Motte est le directeur de la Ferme de la Gontrière, leader français de la production de champignons.

"Nos ventes ont progressivement augmenté, et nous avons eu besoin de recruter une trentaine de personnes en CDI. Pendant deux ans, on a travaillé avec toutes les institutions dont c'est la mission: Pôle Emploi, le département, la région, la commune... On les voyait régulièrement et on les relançait en permanence. Mais on n'avait aucun candidat, rien! C'était une urgence. Cela pouvait mettre en cause la survie de l'entreprise et nous mettait en porte-à-faux par rapport à nos clients.

L'an dernier, on a réussi à embaucher seulement cinq personnes, ce qui ne couvre même pas le turn-over naturel de nos besoins, on était loin du compte. Du coup, on travaillait chaque saison avec 15 à 20 % de travailleurs polonais. Mais pendant ces deux ans on n'a jamais eu aucune lueur d'espoir. Et puis, depuis cet article de La voix du Nord (publié le 14 janvier), nous avons reçu 500 candidatures en trois jours!

"On est heureux d'embaucher des gens du coin"

Je commençais à me poser des questions, à me dire qu'on n'arrivait pas à attirer les gens sur des métiers manuels, un peu répétitif, ou des métiers payés au Smic. Alors qu'en fait, le problème était ailleurs: c'est qu'on n'arrive pas à faire rejoindre les besoins des entreprises et ceux qui sont à la recherche d'emploi. Je ne sais pas pourquoi cela n'a jamais donné de résultats, mais je trouve ça étonnant, parce que visiblement, des gens qui veulent du boulot, il y en a! On a d'ailleurs déjà identifié une centaine de personnes qu'on pourrait recevoir en entretien.

On est optimiste sur le fait qu'on va pouvoir pourvoir à nos besoins en personnel. Et on est heureux d'embaucher des gens du coin. Car pour moi, la mission d'une entreprise, c'est de faire vivre tout son environnement social et économique. Après avoir lutté contre des moulins à vent, ça me donne beaucoup d'énergie et ça nous permet de donner de belles perspectives à notre entreprise".

Propos recueillis par Philippe Gril