RMC

Ugo, 26 ans, député La France insoumise: "J'ai envie de casser les codes à l'Assemblée"

Parmi les nouveaux députés élus à l'issue du second tour des législatives dimanche, 28 ont moins de 30 ans. Parmi eux, Ugo Bernalicis, 26 ans, député La France insoumise de la 2ème circonscription du Nord, qui va faire son entrée à l'Assemblée nationale ce mardi. RMC a rencontré ce jeune militant devenu parlementaire.

La pré-rentrée des députés a commencé dès lundi, au lendemain du second tour des législatives. Jusqu'à vendredi 17h30, les 577 députés sont appelés à venir s'inscrire au Palais-Bourbon, siège de l'Assemblée nationale, et à procéder à des formalités administratives. Parmi ces députés, ils sont 28 à avoir moins de 30 ans. Le plus jeune a 23 ans (Ludovic Pajot du Front National). Dans le Nord, deux députés de la France insoumise ont 26 et 27 ans. Dont Ugo Bernalicis, député de la 2ème circonscription du Nord, qui va faire son entrée ce mardi à l’Assemblée nationale.

Malgré son jeune âge, Ugo sait ce qu'il veut: défendre le programme de La France insoumise, bien sûr, et pourquoi pas dépoussiérer les vieux codes de la politique: "Ces codes-là je les connais à peu près et honnêtement, ils m'énervent. J'ai bien envie de casser les codes à l'Assemblée nationale et je pense que je ne serais pas le seul".

"Un arrière-grand-père mort en déportation parce qu'il était communiste"

Ugo Bernalicis a grandi à Arras avant d’aller faire ses études à Lille. C’est là qu’a commencé son parcours de militant. Parcours qui l’emmène finalement jusqu'à l'Assemblée nationale après avoir battu une candidate de La République en marche. La politique pour Ugo, c'est aussi une histoire de famille, avec un papa militant de gauche. Mais pas seulement. Chez les Bernalicis, la politique est une vieille histoire. "J'avais un grand-père qui était conseiller municipal communiste dans le bassin minier, et un arrière-grand-père qui est mort en déportation à Dachau, parce qu'il était communiste. Je me sens porteur de cette histoire familiale".

"Il saura dire les choses quand il le faudra"

L'élu espère faire entendre sa voix à l'Assemblée mais aussi dans la rue, là où tout a commencé pour lui. C'est Clémentine, son amie et membre de son équipe de campagne qui en parle le mieux. "Ugo, c'est un homme de terrain, un homme de conviction. Je ne doute pas qu'il saura dire les choses quand il le faudra. C'est ça l'objectif justement, qu'on se fasse entendre et qu'on fasse entendre notre voix d'opposition". Pour cela, Ugo sera épaulé par 16 autres députés de La France Insoumise.

P. Gril avec Julien Chehida