RMC

Hausse des prix: les fournisseurs de gaz résilient de plus en plus de contrats de particuliers

Les particuliers qui ont souscrit des contrats à mensualités fixes coûtent des fortunes aux fournisseurs de gaz, qui se voient contraints de ne pas les renouveler en raison de la conjoncture actuelle. Ce qui laisse des milliers de clients sur le carreau.

Un phénomène qui prend de l’ampleur. Un nombre croissant de fournisseurs de gaz sont contraints de résilier les contrats de certains de leurs clients. Depuis la hausse de prix de l'énergie et avec la guerre en Ukraine, de plus en plus de fournisseurs de gaz français lâchent leurs clients. Il y en a une vingtaine au total.

Dès avril, comme nous vous l'avions révélé, Cdiscount et GreenYellow ont averti certains de leurs clients qu'ils ne pourraient plus honorer leurs contrats, avant de changer d’avis face aux protestations. Antargaz a lui pris la décision de ne pas renouveler les contrats arrivés à échéance. Selon la compagnie, cela concerne 500 clients pour les mois de mars et avril.

Peu de chances de retrouver un contrat aussi avantageux

Pour quelles raisons ces contrats sont-ils résiliés? Les fournisseurs sont obligés d’acheter du gaz au prix exorbitant atteint sur les marchés mondiaux, des prix qui ont été multipliés par quatre ou cinq en un an, alors qu’ils se sont engagés à le vendre à prix fixe dans les contrats concernés. Ce qui leur fait perdre des fortunes... quand ils arrivent à acheter du gaz. Comme à l’échéance d’un contrat, n’importe laquelle des deux parties peut décider de résilier, c’est ce que font ces fournisseurs de gaz.

Combien ça va coûter aux clients de ces fournisseurs? Ces clients n’ont pas d’autre choix que de trouver un nouveau fournisseur. Evidemment, ils ont peu de chances de retrouver un contrat aussi avantageux. Les contrats à mensualités fixes sont beaucoup moins nombreux, et les prix sont souvent très élevés.

Aujourd’hui, la fourchette des contrats pour une famille de 4 avec un logement chauffé au gaz, le coût monte entre 1.700 et 2.500 euros par an selon les fournisseurs, avec fréquemment un doublement de la facture gaz pour les particuliers, PME, copropriétés.

Pour les 4 millions de foyers qui ont souscrit aux tarifs réglementés du gaz français, plafonnés jusqu’à fin 2022, moins volatils, rappelons que ces tarifs disparaissent le 1er juillet 2023. A préparer dès maintenant !

Emmanuel Lechypre (édité par J.A.)