RMC

Coupe du monde: Adidas creuse l’écart dans le match des équipementiers

Grâce à l’Argentine, Adidas vient de remporter la Coupe du monde pour la 7e fois en tant qu’équipementier.

L’autre finale de la Coupe du monde, c’est celle qui opposait les équipementiers, Adidas pour l’Argentine et Nike pour la France. Avec cette victoire, Adidas creuse l’écart. Nike n'a fait son entrée dans le cercle des équipementiers au Mondial de football qu'en 1998. Et compte deux titres de champion du monde, le Brésil en 2002 et la France il y a quatre ans, alors qu'Adidas vient d’en ajouter un septième à son palmarès (1974, 1978, 1990, 1998, 2010, 2014). Le deuxième, c’est la marque brésilienne Athleta (1958, 1962, 1970). Puis Le Coq sportif (1982, 1986), Umbro (1966, 1994), Puma (2006) et Leuze (1954).

Nike partait pourtant favori sur le papier puisqu'elle était la marque la mieux représentée au Qatar, avec 13 nations sur 32 sous contrat, autant qu'Adidas (sept) et Puma (six) réunis.

Un contrat record pour la FFF

Le plus gros contrat, c’est celui de Nike et de l’équipe de France. La marque américaine avait mis le paquet pour devenir le fournisseur officiel des Bleus, à partir de 2011, avec 43 millions d'euros par an. Un montant déjà record et plus de quatre fois supérieur à ce que la FFF percevait jusqu'alors d'Adidas.

Et le contrat a été renégocié par le président Noël Le Graët à un peu plus de 50 millions d'euros par an. Ce n'est pas la part financière qui a été accrue, mais la dotation en matériel (environ 12 millions d'euros par saison) pour l'équipe de France masculine et les 17 autres sélections nationales (féminines, U23, Espoirs, etc.) mais aussi les clubs amateurs pour la Coupe de France, qui bénéficient désormais de tarifs préférentiels pour s'équiper avec la marque américaine.

Emmanuel Lechypre