RMC

Covid-19: quels sont les nouveaux métiers qui vont pouvoir bénéficier du fonds de solidarité élargi?

Le ministre de l'Economie Bruno Lemaire et la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili.

Le ministre de l'Economie Bruno Lemaire et la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. - ERIC PIERMONT / AFP

Loueurs de voitures, fleuristes, agences de publicité: au total 31 professions ont été ajoutées à une longue liste des métiers, du tourisme, de la culture et du sport, qui étaient éligibles à ce fonds depuis le mois de juillet.

De l'air pour des dizaines de milliers de petites entreprises: jeudi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé que l'accès au fonds de solidarité allait être élargi à de nouvelles activités. Le gouvernement dit avoir pris en compte la détresse d'une trentaine de professions laminées par la crise sanitaire qui jusque-là ne bénéficiaient pas du fonds de solidarité, en incluant davantage d'entreprises dans le dispositif, à la satisfaction des secteurs concernés.

Loueurs de voitures, fleuristes, agences de publicité: au total 31 professions ont été ajoutées à une longue liste des métiers, du tourisme, de la culture et du sport, qui étaient éligibles à ce fonds depuis le mois de juillet.

Ce sont donc 75.000 nouvelles entreprises au total qui seront éligibles au fond dès le mois d'octobre, et viendront s'ajouter aux 150.000 qui étaient déjà soutenues. Le point commun entre elles, précise Bercy, c'est que leur activité est liée aux secteurs les plus touchés par la crise. 

Ce fonds de solidarité permet aux entreprises touchées par la crise de bénéficier d'une aide pouvant aller jusqu'à 10.000 euros par mois pour compenser la baisse de leur activité. Ces entreprises nouvellement éligibles seront en outre exonérées de charges jusqu'à la fin de l'année, avec effet rétroactif depuis le mois de février. 

Autre changement: le fonds est désormais aussi accessible aux entreprises entre 20 et 50 salariés, et pour en bénéficier, il faut avoir subi une perte de 70% de son chiffre d'affaire, contre 80% jusqu'à présent. 

Les porte-paroles des professions concernées applaudissent, forcément. Pas la fédération des auto-entrepreneurs, qui aurait souhaité que le fonds de solidarité bénéficie à tous les secteurs, pour n'exclure personne. 

La rédaction de RMC avec Victor Joanin