RMC

Réforme des retraites: le plan B du gouvernement

Le gouvernement se préparerait à repousser l’application la réforme des retraites. Les Echos ont révélé jeudi matin que le haut commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye fait de nouvelles propositions aux syndicats.

La meilleurs façon de faire passer la pilule, c’est de repousser la pilule, d'étaler dans le temps l’application des réformes. Pour l’instant il était prévu que la nouvelle retraite universelle par points s’applique à partir de 2025. Les Français nés avant 1963 ne sont donc pas concernés du tout, c'est à dire tous ceux qui ont 57 ans ou plus aujourd’hui.

Mais Jean-Paul Delevoye vient de donner des précisions pour ceux qui bénéficient de départs à la retraite plus tôt. Les policiers ou les infirmières du public, par exemple, qui ont le droit de partir à 57 ans, garderaient ce droit 5 ans de plus, c’est à dire que la réforme ne s’appliquerait pas avant 2030. Elle ne toucherait pas ceux qui sont nés après 1968.

Et pour les régimes spéciaux qui prévoient un départ à 52 ans, les conducteurs de la SNCF et de la RATP, on attendrait encore 5 ans de plus. Application en 2035, qui ne concernerait donc que ceux qui sont nés après 1973. Ces deux concessions sont déjà acquises, ou en tout cas proposées aux syndicats.

Mais le gouvernement pourrait aller beaucoup plus loin

Le gouvernement pourrait aller plus loin, parce que l’addition de tous les mécontentements commence à faire peur. Une grève de toutes les professions concernées est prévue le 5 décembre, mais surtout une grève illimitée est prévue à partir du 5 décembre à la RATP. Et l’on sait depuis 1995 qu’une grève qui dure dans les transports peut paralyser la France et forcer tout gouvernement à reculer, même un Alain Juppé droit dans ses bottes.

Et donc d'après Les Echos, le gouvernement est en train de préparer des sorties de secours au cas où.

-1re option: repousser l’application de quelques années. Non pas 2025 mais un peu plus tard pour tout le monde.

-2e option: franchement plus tard. C’est ce qu’on appelle la clause du “grand père”. Faire en sorte que la majorité des salariés ne soient pas concernés et n’aient donc pas de raison de faire grève.

-3e option: encore plus radicale. Que la réforme ne s’applique qu'à ceux qui entrent aujourd’hui sur le marché du travail.

C’est ce qui s’est fait récemment à la SNCF. Tous ceux qui étaient déjà dans l’entreprise gardaient leur statut de cheminot, tous ceux qui étaient embauchés après la réforme n’y avaient plus le droit.

C’est aussi comme cela que l’on avait fait passer la réforme de France Télécom qui étaient devenu Orange. Les fonctionnaires de France Télécom gardaient leur statut s’ils le souhaitaient. Les nouveaux étaient embauchés par Orange, entreprise privée.

Le gouvernement est en train de reculer pour mieux sauter 

En tout cas de se préparer à reculer en cas de révolte et de blocages. A reculer dans le temps, mais pas sur le fond. Cela aurait pour conséquence, une très longue période de transition, pendant laquelle les plus jeunes cotiseraient selon la nouvelle méthode, c’est à dire qu’ils accumuleraient ces fameux points universels, pendant que les plus âgés continueraient à bénéficier du système actuel et de ses 42 régimes spéciaux pendant plusieurs décennies. Ce serait une sacrée usine à gaz.

Nicolas Poincaré