RMC

Vers la fin de la gratuité du CPF: les salariés pourraient financer une partie de leur formation

Le gouvernement a déposé un amendement ce week-end visant à modifier les conditions d'utilisation du CPF, le Compte personnel de formation, et le rendre en partie payant.

Les formations gratuites avec le CPF, le Compte personnel de formation, c'est bientôt fini. Le gouvernement a déposé samedi un amendement au projet de budget 2023, pour instaurer une participation financière des salariés proportionnelle au coût de la formation. L'Assemblée nationale va étudier le dispositif dans les prochains jours, et la mesure pourrait bien être adoptée grâce à l'application de l'article 49.3.

Le CPF permet d’acquérir des droits à la formation tout au long de la vie active. Depuis 2019, ces droits sont en euros et permettent de financer une formation. Le nombre de formations a été multiplié par 4 en trois ans (de 517.000 en 2019 à 2.1 millions en 2021). En près de trois ans, cinq millions de personnes ont été formées pour un coût total de sept milliards d'euros.

Le gouvernement assume vouloir réguler cet outil

Mission accomplie pour le gouvernement. En trois ans, 5 millions de personnes ont été formées grâce à leur compte personnel de formation. "On a fait connaitre l'outil au plus grand nombre, maintenant il faut le réguler", dit-on au ministère de l'Enseignement et de la Formation professionnelle.

Le CPF doit être plus "professionnalisant": on veut responsabiliser l'usager, et chaque cours suivi doit s'inscrire dans un projet professionnel. C'est pour cette raison que les demandeurs d'emploi et les salariés qui ont validé une formation avec leur employeur n'auront, eux, pas de reste à charge.

"C'est très compliqué, même si c'est infime, de demander aux gens de payer"

Tous les autres usagers participeront au coût de leur formation. De combien? Rien n'est décidé, mais "clairement ce ne sera pas la moitié", d'après une source proche du dossier.

La mesure divise les professionnels de la formation et risque de "dissuader les gens de se former" selon Anne, formatrice en anglais. "J'ai énormément de demandes de gens que je n'aurais pas touché il y a trois, quatre ans", explique-t-elle. "C'est très compliqué, même si c'est infime, de demander aux gens de payer".

Les négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux doivent s'achever vers la mi-décembre.

Maryline Ottmann (édité par J.A.)