RMC

Fraude à la carte bancaire: "Comme une imbécile, j'ai rentré mes coordonnées bancaires…"

Les arnaques à la carte bancaire se multiuplient

Les arnaques à la carte bancaire se multiuplient - AFP

TEMOIGNAGES - Plus de 800.000 ménages se sont récemment déclarés victimes d'au moins une escroquerie bancaire, une infraction en hausse mais dont le préjudice est souvent inférieur à 240 euros, selon une étude de l'ONDRP publiée ce mardi. RMC a rencontré des victimes de ce type de fraude.

La fraude à la carte bleue ne cesse d'augmenter en France. C'est le résultat d'une enquête publiée ce mardi par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Selon cette étude, le nombre de ménages victimes d'au moins un débit frauduleux est passé de 500.000 en 2010 à 840.000 en 2013. Une hausse de 68%. Dans plus d'un tiers des cas (34%), le vol des informations bancaires a lieu lors d'un achat sur internet. Et pour deux personnes sur 10, lors d'un achat dans un commerce traditionnel.

C'est le cas par exemple pour Tiphaine, 26 ans, qui a été confrontée à une première fraude l'an dernier. "Je regardais mes comptes et j'ai remarqué un mouvement un peu étrange, qui provenait d'un site internet au nom un peu bizarre. J'ai dû faire un achat sur un site qui n'était pas sécurisé. Enfin, c'est ce qu'on m'a dit…", confie-t-elle.

"Je me suis rendue compte que j'avais fait une grosse bêtise"

La jeune femme a ensuite eu le bon réflexe rapidement: "J'ai contacté ma banque immédiatement. J'ai fait opposition à ma carte ainsi qu'une déclaration de prélèvements illégaux sur mon compte". Ce qui ne l'a pas empêchée d'être escroquée une seconde fois. Au mois de juillet dernier, Tiphaine reçoit un mail qui semble provenir du Trésor public... "Il fallait que je clique sur un lien pour me retrouver sur le site des impôts. Et comme une imbécile, j'ai rentré mes coordonnées bancaires et j'ai alors vu un message d'alerte. C'est là que je me suis rendue compte que j'avais fait une grosse bêtise".

A noter que pour éviter de se faire repérer, les fraudeurs ne prélèvent que de petits montants sur le compte de leurs victimes. En effet, selon l'enquête de l'ONDRP, plus d'un tiers des victimes ont subi un préjudice de moins de 100 euros. Mais pour Vincent, 47 ans, les sommes étaient beaucoup plus importantes. "J'ai fait un achat il y a quatre mois sur un site d'enchères en ligne. C'est passé normalement mais le soir, en vérifiant mes comptes, j'ai constaté un débit de 800 euros et un second d'un peu plus de 300 euros. Il y en a pour 1.202 euros au total".

"Je me sens deux fois victime"

Problème, sa banque refuse de le rembourser. "Je leur ai envoyé un mail directement et je suis allé porter plainte au commissariat. Mais ils refusent de me rembourser donc tous les mois je vis au-dessus de mon découvert. Ce qui est assez ubuesque comme situation. J'ai donc pris une avocate car selon moi la banque ne respecte pas la loi et devrait en prendre conscience". Et d'assurer: "Je me sens deux fois victime".

Serge Maître, de l'Association française des usagers des banques, le confirme: les consommateurs floués doivent souvent se battre pour récupérer l'argent perdu: "Les banques, en dépit de la loi qui protège les usagers et les titulaires de cartes et comptes bancaires, refusent les remboursements. Nous constatons donc une augmentation des conflits judiciaires de ce type". Selon l'enquête de l'ONDRP, près d'un ménage victime sur cinq n'a pas été remboursé par sa banque....

Anaïs Bouitcha avec Maxime Ricard