RMC

Grève à l’école: pourquoi des mairies ne pourront pas organiser le service minimum d’accueil

Dans "Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story, la maire de Périgueux Delphine Labails (PS) a expliqué pourquoi le service minium d’accueil ne pourra pas être assuré ce jeudi alors que le mouvement de grève dans les écoles s’annonce très suivi.

Quelle solution pour garder les enfants ? A l’école, ce jeudi, le mouvement de grève lancé par les syndicats d’enseignants, et soutenu par les parents d’élèves, va toucher beaucoup de classes, avec peut-être 75% des maitres et maitresses du primaire qui seront absents. Et le service minimum d’accueil, censé être mis en place par les mairies, ne sera pas appliqué partout, loin de là. La maire de Périgueux, Delphine Labails (PS), a expliqué ce mercredi dans "Apolline Matin", sur RMC et RMC Story, pourquoi elle ne sera pas en mesure d’accueillir tous les enfants.

"On attend près de 70% de classes fermées. C’est extrêmement compliqué parce qu’on a à la fois ce mouvement de grève mais aussi cette situation sanitaire qui frappe les effectifs de l’Education nationale mais également les nôtres, souligne-t-elle. Nous allons faire du mieux possible. Nous allons mettre en place un service minimum d’accueil pour les personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire. Malheureusement, pour toutes les autres familles, nous n’aurons pas de solution de garde.

"La loi est plutôt bien faite puisqu’elle prévoit un service minimum d’accueil lorsque la commune est en capacité de l’organiser, ajoute Delphine Labails. C’est comme les petits caractères en bas du contrat. Effectivement, là, le contrat ne pourra pas être tenu parce que nous avons des pénuries d’effectifs. Depuis le mois de septembre, nous avons de toute façon des problèmes sur le recrutement de nos animateurs, consécutivement à la crise. Un certain nombre d’entre eux n’ont pas pu se former pour obtenir les Bafa. D’autres se sont orientés vers d’autres métiers. En temps ordinaire, nous avons des difficultés pour assurer les remplacements. Donc en temps de crise sanitaire, nous n’avons pas les effectifs."

>> Tous les podcasts d'"Apolline Matin" sur RMC 

"Pas au détriment de la sécurité des enfants et des personnels"

Pour la maire de Périgueux (Dordogne), le gouvernement devrait laisser les élus locaux gérer la crise. "Avec l’AMF (association des maires de France), nous demandons depuis plusieurs mois de pouvoir avoir des rencontres régulières avec le ministre et son cabinet pour organiser, avant que les évènements surviennent, la gestion de l’école. Malheureusement, ça n’a pas été fait. Nous aurons une audience demain matin (jeudi) avec le directeur du cabinet du ministre. Nous demandons de pouvoir gérer la crise à partir du niveau local, avec les préfets et les sous-préfets, plutôt qu’avec des décisions qui tombent du ministère."

"Nous avons la volonté, nous les maires, de maintenir les écoles ouvertes au maximum, mais pas au détriment de la sécurité des enfants et des personnels, assure Delphine Labails. C’est la difficulté que nous impose l’Etat, qui nous demande d’ouvrir coûte que coûte. C’est au détriment de la sécurité sanitaire. Nous voulons garantir la sécurité sanitaire coûte que coûte, en maintenant l’école ouverte à chaque fois que c’est possible."

LP