RMC

Attentats en Espagne: la polémique "malvenue" de Gérard Collomb

-

- - Des bougies en hommage aux victimes de l'attentat de Barcelone allumées sur Las Ramblas, le 18 août. - Josep Lago - AFP

Après l'attentat qui a fait 14 morts sur les Ramblas à Barcelone en Espagne, Gérard Collomb a évoqué la nécessité de la présence de militaires pour lutter contre le terrorisme. En aucun cas une garantie de sécurité supplémentaire pour Driss Aït Youssef, président de l'Institut Léonard de Vinci.

Vendredi, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, a créé une légère polémique, en évoquant le dispositif de sécurité de Barcelone la capitale catalane, touchée par un attentat jeudi, le comparant avec l'opération de protection Sentinelle, en France.

"Le fait que nous ayons à la fois des militaires, des policiers, des gendarmes très visibles dans nos villes, fait qu'un certain nombre d'attentats peuvent ne pas être commis ou être tout de suite enraillés. Imaginez qu'il y ait eu ce même dispositif sur les Ramblas, peut-être que la camionnette n'aurait pas pu faire le nombre de morts qu'elle a fait".

"La polémique elle n'a pas lieu d'être et elle est malvenue"

Des propos malvenus pour Driss Aït Youssef, président de l’Institut Léonard de Vinci et l’auteur, pour le ministère de l’intérieur, d’un rapport sur la formation des forces de sécurité publique en 2008: "La région catalane est une région autonome qui revendique son indépendance. La présence militaire de l'état dans sa région est quelque chose que les autorités politiques n'accepteraient pas forcement. C'est la raison pour laquelle le niveau de sécurité est de 4 sur 5 et qu'ils refusent de le monter à 5, parce que cela entraînerait un déploiement de l'armée", assure t-il.

De plus, la présence de militaires n'est en aucun cas une garantie de sécurité supplémentaire pour Driss Aït Youssef: "Il ne faut pas aussi oublier que les militaires sur la voie publique sont eux aussi des cibles potentielles et je ne vois pas ce que des militaires auraient pu faire face à un minivan. La polémique elle n'a pas lieu d'être et elle est malvenue".
Arthur de Laborde (avec G.D.)