RMC

Covid à Shanghai: un confinement strict et des conséquences folles

Shanghai affronte sa plus forte poussée de Covid-19 depuis le début de la pandémie. Pour y faire face, les autorités confinent à domicile la quasi totalité des 25 millions d'habitants. Une situation totalement chaotique.

La ville de Shanghai est confinée depuis près de deux semaines à la suite d’une forte poussée de cas de Covid-19. 25 millions d'habitants sont enfermés chez eux avec des règles très strictes. Et nombre d'entre eux commencent à craquer. Certains crient le soir à leur fenêtre et hurlent leur colère.

Des pénuries alimentaires commençaient également à se faire ressentir. Il y a des distributions de nourritures mais pas tout le temps et pas partout. On a vu des scènes de pillages de petits supermarchés tout à fait étonnantes dans ce pays hyper discipliné mais c’est bien la faim qui poussait ces habitants à piller. On a aussi vu des images d'habitants tabassés par des hommes en blouses pour être sortis dans la rue. Certains immeubles d’habitation sont tout simplement cadenassés, comme en témoigne un ressortissant français qui s'est confié à notre micro.

C’est donc une des plus grandes villes du monde qui ressemble un peu en ce moment à une gigantesque cocotte-minute. Les autorités ont entendu cette colère et annoncé quelques aménagements, mais uniquement dans certains quartiers. Les habitants de quelques districts auront le droit de sortir lorsqu'aucun cas de Covid-19 n’aura été constaté pendant deux semaines. On ne sait pas combien de personnes sont concernées, et en attendant la grande majorité des 25 millions d’habitants restent confinés.

Ceux qui sont positifs sont enfermés dans des camps

On parle de 200.000 personnes qui ont été conduites de force vers des lieux d’enfermement. Un gigantesque centre d’exposition a été transformé en hôpital de campagne avec 40.000 lits. Un Français a témoigné mardi, interrogé par Radio France. Il décrit les lits serrés les uns contre les autres, sur trois étages. La lumière est allumée 24h sur 24. Il ne sait pas s’il fait nuit ou jour. Pas de douche mais un simple robinet d’eau froide sans savon pour se laver. Et puis ces centaines de malades qui toussent et crachent toute la nuit. Il dit: “C’est répugnant".

Toutes ces mesures ont été prises après une une forte hausse des cas de Covid. On compte en ce moment environ 25.000 cas par jour. Ce qui est beaucoup moins qu’en France, à population égale. Mais c’est beaucoup pour la Chine qui depuis le début de l'épidémie applique une politique de "zéro Covid". Politique qui jusqu'à présent semblait fonctionner. Si on en croit les statistiques officielles, la Chine compte 3 morts par million d’habitants contre 3.000 aux Etats-Unis, 2.000 en France. Et Shanghai avait été particulièrement épargnée jusqu’au mois dernier. En deux ans, on n’avait compté que 400 cas positifs et 7 décès. Jusqu'à cette vague totalement inattendue du variant Omicron.

Les conséquences économiques de ce confinement sont énormes

Les entreprises ont été autorisées à continuer à travailler en circuit fermé. C'est-à- dire avec des employés et des ouvriers qui dorment sur place. Mais les transports et la logistique sont totalement désorganisés, si bien que l’économie est à l'arrêt.

Shanghai est le centre de l’industrie automobile chinoise. Les usines Tesla, Toyota Volkswagen sont fermées. Et on en est déjà à 300.000 voitures de moins que l’an dernier.

Shanghai est aussi le deuxième port du monde. Et on compte des centaines de bateaux en attente au large de Shanghai et des ports voisins. 200 immenses portes-containers et 500 vraquiers, les bateaux qui transportent en vrac les céréales et les minerais. C’est le plus grand bouchon maritime que l’on puisse imaginer.

La revue spécialisée “Le Marin” estime que le confinement de Shanghai a plus de conséquences pour l’économie mondiale que la guerre en Ukraine.

Nicolas Poincaré (édité par J.A.)