RMC

Lady Gaga, entre provocation et engagement politique

LE PORTRAIT DE POINCA - Lady Gaga a chanté l’hymne américain mercredi soir pour l’investiture de Joe Biden. Voici pourquoi ce n'était pas un choix anodin

Vous vous en doutiez peut-être : Lady Gaga, ce n’est pas son vrai nom. Elle s’appelle Stefani Germenotta, elle a 34 ans, elle est née à New York d’un père d’origine italienne et d’une mère canadienne francophone. Mais elle ne parle pas le français. Elle sait juste dire : “Mon français est merdique”.

Elle raconte avoir eu une enfance difficile, harcelée à l'école à cause d’un physique différent, puis violée à plusieurs reprises à l'âge de 19 ans. L’an dernier, la star des talk show Oprah Winfrey lui a demandé comment elle s’en était remise. Et elle a répondu très simplement : grâce aux médicaments. Il ne faut pas avoir honte de prendre des antidépresseurs et d'avoir des problèmes de santé mentale.

Lady Gaga, avec ou sans médoc, c’est surtout la reine incontestée de la pop, qui depuis plus de dix ans a trusté les places de numéro un au hit parade et vendu 230 millions de disques.

C’est aussi la chanteuse aux clips hypers sexy qui lui valent d'être censurée en Chine, aux Philippines et dans la plupart des pays musulmans. C’est une provocatrice qui détourne les symboles catholiques, qui dit être amoureuse de Judas, qui porte des chaussures en forme de pénis en érection. Ou bien encore qui porte dans un défilé une robe faite de viande.

Elle s'était expliqué la dessus. Cette robe était un message pour dire que l’on peut être traité comme un morceau de viande, si l’on ne se bat pas pour défendre ses droits. Et ce jour-là, elle était d’ailleurs venue avec des militaires homosexuels.

Parce que Lady Gaga est une diva engagée. Elle défend les droits des LGBT et se présente elle même comme bi-sexuelle. Elle défend le mouvement anti-raciste Black Lives Matter. La semaine dernière, elle a dénoncé dans un discours la suprématie blanche, et les siècles de pouvoir blanc non mérité.

Elle est très engagée dans la lutte contre la pauvreté, le Sida et le Covid. Elle a fait des très gros chèques et organisé d'immenses concerts de charité. Elle était bien sûr engagée aussi dans la campagne électorale. Elle représente tout ce que Donald Trump déteste. C’est peut être que cela que Joe Biden l'a choisi pour chanter l’hymne américain mercredi.

Nicolas Poincaré (avec J.A.)