RMC

Marseillaise sifflée samedi lors de Turquie-France: faut-il sanctionner la fédération de Turquie?

Samedi soir, dans le stade de Konya, l’hymne national français a été sifflé par des supporters turcs lors du match de qualifications pour l’Euro 2020. Un comportement immédiatement dénoncé, par Emmanuel Macron.

Le président de la République Emmanuel Macron juge ces sifflets inacceptables. Et il l’a fait savoir à Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football. "Siffler un hymne est toujours une honte", pour Marine Le Pen. La présidente du Rassemblement national demande des sanctions envers la fédération de football turque pour manque de respect. Selon Laurent Jacobelli, délégué national du parti, il faut être intransigeant:

"Siffler l'hymne national français, ça mérite des sanctions, et la FIFA doit réagir avec des sanctions claires, par exemple suspendre la Turquie d'un certain nombre de matches ou lui enlever des points dans les compétitions internationales. Ce serait une sanction symbolique qui enverrait un message clair à ceux qui voudraient siffler les hymnes nationaux des autres pays. En sifflant l'hymne national français, c'est tout le peuple français qui a été insulté".

Ce n’est pas la première fois que l’hymne national est conspué. C’est déjà arrivé en Italie ou en Israël, et aussi en France, par exemple, lors du match amical face à la Tunisie en 2008 au Stade de France. Nicolas Sarkozy, alors président de la République demande l’arrêt systématique des matchs où la Marseillaise est sifflée. Une requête qui ne sera jamais entendue.

Un seul précédent en 2015

Pas plus de chances de voir des sanctions prises à l’encontre de la fédération turque. Ce n’est pas prévu dans les textes officiels, et il n’y a qu’un précédent: en 2015, la fédération de Hong Kong avait alors dû payer une amende car certains supporters avaient sifflé l’hymne chinois.

Pas de sanctions, et pas de polémique, selon notre consultant Pierre Ducrocq, qui préfère relativiser ces sifflets: "C'est un stade de foot dans un pays où on est passionné et très chauds dans les stades de foot, c'est culturel. Ce sont au minimum des gens très patriotiques, parfois nationalistes mais ça reste un stade de foot où on siffle l'adversaire. Ça fait partie du jeu, je préfère encore ça qu'un stade vide".

Depuis l’incident, la fédération turque a présenté ses excuses. Elle explique que le public ne visait pas en particulier l’hymne français. Selon elle, les supporters ont pris la mauvaise habitude de siffler tous leurs adversaires lors de rencontres internationales.

Caroline Philippe