RMC

Melissa Bell, journaliste à CNN: "Macron est le seul qui veuille bien s'exprimer en anglais, on adore"

-

- - AFP

La campagne présidentielle française est particulièrement surveillée par les médias étrangers cette année. Pour Melissa Bell, correspondante à Paris pour CNN, la "soif de changement politique" des Français intrigue particulièrement les Anglo-Saxons.

Melissa Bell est correspondante à Paris pour CNN:

"Je pense que cette campagne intéresse les Anglo-Saxons plus que les autres années. Avec le Brexit et la victoire de Trump, il y a le sentiment que le vote anti-système pourrait s'exprimer en France aussi. Cet aspect anti-système a d'ailleurs sans doute déjà changé la nature de la campagne, donc on la suit de beaucoup plus près. Je le constate quand les candidats s'expriment: on est très nombreux de la presse étrangère, beaucoup plus que nous ne le serions si c'était une campagne électorale ordinaire.

L'Américain moyen ne suit pas de très près ce qui se passe, mais plus on va avancer dans la campagne, plus on va en entendre parler au fin fond des Etats-Unis.

"De l'étranger, Emmanuel Macron intéresse plus que Marine Le Pen"

Marine Le Pen n'est pas vraiment connue aux Etats-Unis, elle l'est davantage en Europe. Aux Etats-Unis, on commence seulement à découvrir les candidats. En Europe, on a beaucoup parlé de la montée de l'extrême droite, du vote populiste, donc en Grande-Bretagne, on la connaît bien puisqu'elle est proche de Nigel Farage [le leader du parti anti-européen UKIP]. Macron est le seul qui veuille bien s'exprimer en anglais, donc nous on adore. Il apparaît comme un ovni dans votre paysage politique, sans parti, sans une longue carrière en politique.

De l'étranger, Emmanuel Macron intéresse plus que Marine Le Pen puisqu'il incarne quelque chose de nouveau. Marine Le Pen représente un vote d'extrême droite dont on a beaucoup parlé ces dernières années avec la montée du populisme en Europe.

Le débat de lundi soir était attendu à l'étranger. On a vu des choses que nous n'avons jamais vues en France. C'est extraordinaire de voir cinq candidats, dont deux des grands partis qui se retrouvent moins audibles que d'autres. Cela devait être aussi exceptionnel pour les Français.

On assiste aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et maintenant en France à une soif de changement. Les élites politiques en étaient arrivées à être un peu loin du peuple, et cette soif de changement s'exprime dans tous les pays.

"Un spectre politique très vaste"

Aux Etats-Unis, on me demande justement des choses sur cette soif de changement qu'ont les Français, pour voir d'où vient cette volonté de rupture. CNN l'avait fait aux Etats-Unis pour comprendre le vote Trump, on le fait aussi en France pour comprendre pourquoi certains Français votent Macron ou Le Pen. C'est un désir de renouveau qu'on retrouve aux Etats-Unis, mais ça se n'exprime pas de la même façon.

En tout cas ce qui nous intéresse, c'est que les grands partis n'intéressent plus les Français!

L'aspect qui nous interpelle, c'est aussi la variété de candidats. Les petits candidats apparaissent totalement incongrus, mais c'est ce qui rend une campagne présidentielle française intéressante: le spectre politique est très vaste. Il y a peu de pays où il y a une extrême gauche qui est présente parmi les cinq principaux candidats. Dans le monde anglo-saxon, ce serait impossible.

L'autre aspect qui nous intrigue, c'est l'importance que placent les Français dans le débat politique. Vous portez un réel intérêt aux grands sujets, aux grandes discussions sur l'économie, sur l'éducation… Il y a un débat entre les gens, il y a un ras-le-bol avec les élites politiques, certes, mais il y a toujours cet intérêt porté aux questions sociétales".

Propos recueillis par Paulina Benavente