RMC

"Les nitrites dans la charcuterie, ça tue": le député Richard Ramos salue "une victoire d’étape" à l’Assemblée nationale

Dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story, le député Richard Ramos (Modem) s’est félicité qu’une "première étape" ait été franchie à l’Assemblée nationale avec l’adoption d’un calendrier pour diminuer les nitrites dans la charcuterie.

"J’aime la cochonnaille, mais je n’aime pas la cochonnerie". Richard Ramos, député Modem du Loiret, est à la pointe du combat parlementaire contre les nitrites dans la charcuterie. L’Assemblée nationale a adopté ce mercredi une "trajectoire de baisse" des doses maximales d'additifs nitrés dans la charcuterie, mais sans aller dès à présent vers une interdiction de ces conservateurs controversés. "C’est une victoire d’étape, comme j’aime le jambon de montagne également, explique Richard Ramos dans 'Apolline Matin' ce jeudi sur RMC et RMC Story. On va pouvoir manger du jambon sans nitrite, sans que les pauvres aient le risque de crever. Pas besoin de le piquouser aux nitrites à la Virenque."

"On a deux alimentations en France, ajoute le député Modem. Les riches auraient le droit de manger sans nitrites, sans crever. Et pour les pauvres, on fait du fric sur leur dos et on continue à les empoisonner. Les nitrites dans la charcuterie, ça tue. On a reçu Axel Kahn et des dizaines de chercheurs. On sait que ça tue. Les lobbies sont à tous les coins de rue. Il faut dire aux Français : on va gagner, on va vous protéger, vous n’allez pas mourir."

>> Tous les podcasts d'"Apolline Matin" sur RMC

"Ce sont des menteurs, ces voyous"

"Il faudra encore batailler, prévient Richard Ramos. Mais hier au parlement, pour la première fois, la France insoumise, les communistes, les socialistes, les UDI, les LR et toute la majorité présidentielle ont été derrière moi pour enfin donner une trajectoire parlementaire. C’est une première historique. On a mis sur le calendrier parlementaire l’interdiction des nitrites. Il y aura quelques étapes. On attend l’avis de l’Anses, qui devra le donner fin juin. On sait déjà que le Circ, qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé, a dit que c’était cancérogène."

Dénonçant la forte influence des lobbies, Richard Ramos rejette vigoureusement l’argument des industriels sur la meilleure conservation des produits grâce aux nitrites. "Ce sont des menteurs, ces voyous, lâche le député du Loiret. Le sans-nitrite, ça représente 7% du marché. Des centaines de millions de tranches vendues sans retour du botulisme, ça vaut trois rats de laboratoire ! Les Italiens avec le jambon de Parme, la charcuterie de Corse, il n’y a pas de nitrite. Sans retour du botulisme ! Ces voyous sont prêts à tout pour faire du fric sur le dos de la santé des Français."

LP