RMC

Les patrons du BTP proches du burn out: "Je n'avais plus qu'une seule envie, mourir"

-

- - AFP

TEMOIGNAGES - Selon une étude inquiétante de la Capeb (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment), 53% des artisans se disent stressés ou fatigués, 43% d'entre eux souffrent de troubles du sommeil et 8 sur 10 se plaignent de douleurs musculaires.

Les petits patrons du bâtiment ne voient pas la vie en rose… Ils sont au bord du burn out. Selon une étude inquiétante de la Capeb (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment), 53% des artisans se disent stressés ou fatigués, 43% d'entre eux souffrent de troubles du sommeil et 8 sur 10 se plaignent de douleurs musculaires. Des artisans qui se disent aussi très isolés et pas loin de la dépression. C'est le cas de Christophe, patron d'une PME de trois salariés spécialisée dans la rénovation.

"Une pression constante"

Et depuis qu'il a monté son entreprise, il doit faire face à des piles et des piles de papiers. Un véritable cauchemar: "Il y en a de partout. Il y a des papiers de l'URSSAF, le RSI, les impôts, les huissiers …" Des problèmes administratifs, des clients de plus en plus exigeants… Trop de stress, trop de fatigue pour cet artisan: "C'est une pression constante parce qu'il faut toujours être solvable. On s'endort en pensant au travail, on rêve de la journée précédente et de la journée que l'on va passer le lendemain. On pense sans cesse au travail. C'est énormément de stress".

Une angoisse quotidienne qui n'est pas sans conséquence sur sa santé: "J'ai toujours avec moi du Voltarene, des anti-inflammatoires parce qu'au bout d'un moment j'ai de vives douleurs au dos et aux vertèbres cervicales. Je sais que c'est le stress qui prend le dessus sur mon organisme". Comme Christophe, près d'un tiers des artisans seraient même au bord du burn out. C'est le cas Jean-Luc Caillot, patron d'une petite entreprise de charpente-menuiserie de trois salariés à Saint-Emilion en Gironde.

"De plus en plus difficile"

Trop de problèmes de trésorerie, des soucis avec ses clients et avec ses salariés, l'an dernier il craque. Il a fait un burn out et a failli tout arrêter. "J'ai fait une grosse dépression, je n'avais qu'une seule envie: mourir, confie-t-il. J'essayais toujours de cacher mes problèmes pour ne pas inquiéter les autres mais à un moment on ne peut plus". "On n'est pas des sur-De hommes, on doit faire face à plein de problèmes et il y a des jours où l'on peut et d'autres non, explique-t-il. Chez moi, dans mon lit, parfois, je n'arrivais plus à savoir où étaient mes toilettes…"

"Le burn out c'est quand on se retrouve seul dans son entreprise le matin ou le soir et qu'on ne sait plus comment s'en sortir", alerte Patrick Liébus, président de la confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment. Et d'ajouter: "C'est de plus en plus difficile pour les entreprises et voilà pourquoi on en arrive à de telles situations".

Maxime Ricard avec Marie Dupin