RMC

"Animal Crossing", le Goncourt... Les biens culturels ne connaissent pas la crise Covid

RMC
DUPIN QUOTIDIEN - Le secteur du livre notamment, a particulièrement bien résisté. De son côté, le secteur du jeu vidéo a connu une très bonne année.

Des livres, de la musique, des jeux vidéos... Malgré la crise les ventes de biens culturels sont en forte hausse. Une hausse de 4% en 2020 selon l'institut d'études GFK, tous biens culturels confondus.

Le secteur du livre notamment a particulièrement bien résisté. Alors que les librairies ont quand même été fermées plusieurs mois et qu'elles ont vécu 2 confinements, alors qu'il y a eu moins de nouveautés en rayon, le marché du livre est seulement en légère baisse. Et les achats de livres numériques, eux, sont en forte hausse, avec 361 000 acheteurs supplémentaires...

Le Goncourt ("L'Anomalie", d'Hervé Le Tellier) s'est rarement aussi bien vendu alors qu'il est sorti plus tard que d'habitude...et certains livres thématiques ont carrément connu une explosion: +7% de ventes pour les livres destinés à prendre soin de soi, de son corps, de son esprit, de sa maison, +91% pour les livres sur le féminisme. Sans parler évidemment des manuels parascolaires.

Une situation exceptionnelle aussi du côté des jeux vidéos

Du côté des jeux vidéos, la tendance est à la hause. Si habituellement, avant le lancement de nouvelles consoles les consommateurs sont plutôt attentistes, il y a pourtant eu énormément de ventes en de jeux vidéos et de consoles en 2020, et ce bien avant la commercialisation des nouvelles consoles (PlayStation 5/Xbox Séries). Lors du premier confinement, les achats de consoles ont bondi de 70%. Et le jeu qui s'est le mieux vendu l'an dernier c'est Animal Crossing avec plus d'un million d'unités écoulées, suivi de Fifa 21 et du jeu de courses Mario Kart 8

Forte hausse aussi du streaming et la vidéo à la demande

Sans surprise, le streaming musical et la vidéo à la demande ne se sont jamais aussi bien portés. D'ailleurs le streaming représente désormais les deux tiers du chiffre d'affaires global de la musique. Par contre le marché du DVD-BluRay s'est encore effondré de 27%, et celui du CD de 20%. Et ça, ce n'est pas vraiment une surprise.

Marie Dupin