RMC

Disparition d'Emiliano Sala: "Il devait jouer Arsenal ce week-end, un match qui le faisait rêver" témoigne un journaliste

David Phelippeau, journaliste à Nantes pour 20 minutes a fait le point ce mercredi matin dans Bourdin direct sur la disparition tragique de l'avion transportant l'attaquant argentin Emiliano Sala qui se rendait de Nantes à Cardiff, son nouveau club.

L'avion de l'attaquant argentin Emiliano Sala (28 ans), tout juste transféré de Nantes à Cardiff, a disparu dans la nuit de lundi à mardi lors d'un trajet entre ces deux villes, au-dessus de la Manche. Mardi en fin de journée, la police de Guernesey a expliqué que les chances de survie étaient "minces" en cas d'amerrissage.

Selon David Phelippeau, journaliste suivant le FC Nantes pour 20 minutes, invité de Bourdin direct ce mercredi matin, le joueur était inquiet avant de prendre le petit avion qui devait l'emmener au pays de Galles.

"Il devait y avoir deux pilotes mais il n'y en avait qu'un"

"Il n’aimait pas prendre des petits avions, il avait déjà fait part de son inquiétudes à Nicolas Pallois, son coéquipier qui l’avait raccompagné à l’aéroport. Et il a envoyé des messages à de nombreux amis expliquant qu'il avait peur."

Un point concernant l'enquête pose question, un pilote serait resté sur place à Nantes.

"Il y devait y avoir deux pilotes, et selon mes informations il n’y en avait qu’un, qui serait resté au sol à Nantes. Il n’étaient que deux dans l’avion (au décollage)".

"C’était quelqu’un qui faisait l’unanimité dans le vestiaire"

L'avant-centre, auteur de 12 buts sur la première moitié de saison en Ligue 1, venait d'être transféré à Cardiff en Premier League et devait jouer son premier match de championnat ce week-end, une perspective qui faisait rêver le joueur de 28 ans.

"Il devait normalement jouer Arsenal le week-end prochain, un rendez-vous qu’il attendait, un match qui le faisait rêver. Il en avait parlé à ses coéquipiers, devant qui il avait fait un discours, c’était quelqu’un qui faisait l’unanimité dans le vestiaire."
J.A. avec Bourdin direct