RMC

La tecktonik fête ses 10 ans: "Ça ne reviendra jamais en région parisienne"

-

- - Un battle de tecktonik dans la rue, à Paris en 2007 - FRED DUFOUR / AFP

Aujourd'hui, la danse tecktonik fête ses 10 ans. Si la danse a disparu du paysage musical français, elle continue de faire des émules à l'étranger. Pour RMC.fr, Jules qui l'a dansée dans plusieurs boîtes parisiennes à l'époque, revient sur le phénomène.

Jules, 28 ans, a dansé la tecktonik, au milieu des années 2000, à l'apogée de cette danse née en boîte de nuit.

"Le phénomène tecktonik a commencé en banlieue parisienne dans une boite qui s’appelle le Metropolis, au milieu des années 2000. Le principe de la danse était lié au beat, au rythme. Il fallait faire un geste après chaque temps. La danse a pris de l'ampleur et est venue peu à peu à Paris. C'est une danse qui s'est adoucie avec l'électro, à l’époque notamment de Joachim Garraud. On n'aimait pas trop l’appeler "tecktonik", on appelait ça la danse électro.

Je me suis laissé emporter par le mouvement. Je venais de banlieue et j’allais au Metropolis. C’est là-bas du coup que j’ai découvert la danse. J'ai trouvé ça cool, moi qui ne savait pas danser ni faire un mouvement je me suis dit qu’il y avait peut-être quelque chose pour moi. J’ai balancé mes bras et ça m'a plu, ça permettait de se défouler et de faire du sport en plus. J’ai continué, j’ai fait un peu comme tous les danseurs de tecktonik à l’époque. On dansait chez nous, on s’entraînait devant le miroir, on s’enregistrait et on regardait ce que ça donnait et après on s'apprenait de nouveaux mouvements. C'était aussi l'époque du boom des réseaux sociaux, de Youtube et Dailymotion. Les meilleurs danseurs postaient leurs vidéos en ligne.

"La tecktonik n'avait pas d'origine urbaine"

Mais c’est un peu comme toute les modes aujourd’hui, ça disparaît aussi vite que c'est arrivé. Quand les médias ont commencé à en parler c’était déjà un peu mort. Ça a cassé le délire, c’est devenu plus risible que cool de danser la tecktonik à ce moment-là. Les gens ont peu à peu arrêté de danser dans la rue, le phénomène était passé.

La tecktonik n'avait pas la grâce de la danse classique, ni les lettres de noblesse d'autres danses. De plus, je pense personnellement qu'elle n’avait pas d’origine urbaine de certaines danses comme le hip-hop. Du coup elle n'avait peut-être aucune légitimité populaire.

Je ne sais pas quel est l’avenir de cette danse, j'ai vu que ça se développait au Mexique, mais je sais que ça ne reviendra jamais en région parisienne".

Propos recueillis par G.D.