RMC

Adolescent tué lors d'une rixe dans les Yvelines: choc et sidération dans le quartier de la victime

Après la mort d'un adolescent de 14 ans lors d'une rixe entre bandes rivales à Coignières (Yvelines), samedi soir, les habitants du quartier d'où était originaire la jeune victime sont sous le choc. Décrit comme décomplexé et très souriant, tout le monde connaissait Djibril au moins de vue. Plusieurs jeunes souhaitent organiser un hommage avec un mot d'ordre "plus jamais ça".

Un jeune adolescent de 14 ans est mort samedi soir dans une rixe entre bandes rivales de Maurepas et Coignières, dans les Yvelines, en marge d'une compétition de MMA (arts martiaux mixtes).

Vers 1h du matin, une vingtaine de jeunes du quartier des Marchands, à Coignières, ont tiré des mortiers sur la sécurité de la compétition avec un but: faire diversion pendant qu'ils s'affrontent avec les jeunes du quartier des Friches, de la ville voisine de Maurepas.

Dans ce quartier de Maurepas, d'où est originaire la jeune victime, les habitants sont sous le choc.

"14 ans quoi… Avec mon groupe de potes, on le voyait souvent donc c’est très choquant de se dire que Djibril, on l’a vu hier et il est mort aujourd’hui", déplore Alexandre.

Un suspect placé en garde à vue

Pire encore, c'est la manière dont a été tué le jeune adolescent qui sidère. "Moi j’ai 16 ans, je ne m’imagine déjà pas me battre. Dire que lui, il s’est fait tuer à coup de marteau, ça fait vraiment mal au coeur", poursuit Alexandre.

Mustapha, père de famille, est lui aussi alerté par l'escalade de la violence. "Je ne dis pas qu’il n’y a pas de rixe entre quartiers pour des broutilles mais frapper quelqu’un avec un marteau, c’est très, très grave", dit-il.

SI aucun suspect n'avait été interpellé dans la foulée, un adolescent de 16 ans, originaire de Coignières, s'est rendu au commissariat d'Argenteuil (Val-d'Oise) dimanche soir et a déclaré être l'auteur du meurtre. Il a été placé en garde à vue.

Après les faits, samedi, un jeune avait été mis à l'abri par le service de sécurité de la compétition: identifié comme l'un des agresseurs, il était en train de se faire lyncher. Pour l'heure, on ignore s'il s'agit de la même personne.

Des CRS envoyés sur zone

Dans le quartier, l'heure est maintenant à la discussion.

"On le vit mal, mais on ne peut pas revenir en arrière donc il faut essayer de trouver des solutions pour demain. Contrer la violence et dire aux jeunes hommes de ne pas répondre à la violence par la violence", explique Mustapha.

Pour éviter de nouvelles violences, des CRS spécialisés dans les violences urbaines, ont été envoyés sur la zone, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Les éducateurs aussi tentent de comprendre ce qui a pu se passer. D'autant plus que, même s'il y a déjà eu des violences entre les deux quartiers, Coignières et Maurepas sont réputées pour être paisibles.

"C’est vrai qu'à l’époque de mes parents ou de mes grands-parents, il y a toujours eu des bagarres au moment du bal entre Maurepas et Coignières. Ce sont des choses qu’on ne peut pas accepter mais qui ont toujours existé. Là, on est dans autre chose. On est dans une débilité profonde d’un gamin qui met un coup de marteau sans se rendre compte de ce que ça peut donner et qui en tue un autre", affirme Yann Lamothe, éducateur spécialisé.

"Il n'y a pas de bonnes raisons" de mourir à 14 ans

Il faisait partie des organisateurs de la compétition de MMA à Coignières. "On peut parler d’un drame isolé et surtout d’actions à mener pour que ça ne se reproduise pas. On a réuni les mômes un peu partout pour discuter, essayer de comprendre et surtout de leur faire entendre qu’on ne peut pas mourir à 14 ans pour un mauvais regard, un mauvais snap. Globalement, il n’y a pas de bonnes raisons", conclut-il.

Dans la rixe, un autre jeune du même quartier à Maurepas a été blessé à la tête. Certains jeunes ont fait savoir qu'ils aimeraient organiser un hommage pour leur ami.

AB avec LP et MO