RMC

Affaire Adama Traoré: pourquoi des experts belges sont sollicités par les juges d'instruction?

Les juges d'instruction de l'affaire ont ordonné vendredi de nouvelles investigations avec notamment une nouvelle expertise médicale menée par des spécialistes belges.

Quatre ans ont passé et les rebondissements s'enchaînent dans l'affaire de la mort d'Adama Traoré. C'était en juillet 2016, le jeune homme de 24 ans succombait dans une caserne de gendarmerie de Beaumont-sur-Oise, deux heures après son arrestation.

Depuis quelques semaines, cette affaire est devenue le symbole des dénonciations des violences policières, dans la foulée de la mort de George Floyd aux Etats-Unis.

4 ans d'enquête, 2.400 procès verbaux, plusieurs expertises médicales, et vendredi les juges d'instruction ont donc ordonné de nouvelles investigations avec notamment une nouvelle expertise médicale. Mais cette fois-ci, ce sont des médecins belges qui vont se pencher sur le dossier qui contient notamment deux autopsies et des dizaines de rapports.

Une volonté d'apaiser les tensions?

Il y a clairement une volonté d'apaiser les tensions de la part des 3 juges d'instructions dans cette affaire. Dépayser en quelque sorte le dossier, le soumettre à des experts belges, pourrait rendre leur analyse moins contestable.

De plus, ces 4 experts semblent avoir les compétences requises dans plusieurs domaines sensibles de cette affaire: il y a des cardiologues, des médecins légistes aussi.

Les avocats de la famille Traoré pas convaincus

Certains spécialistes de l'hyperthermie maligne, une défaillance physique qui se produit au court ou après un effort soutenu, et qui ne permet pas à la température du corps de baisser. Ce serait la cause du décès d'Adama Traoré selon la thèse des gendarmes.

Les experts belges travailleront bien sûr aussi, sur l'hypothèse de l'asphyxie causé par un plaquage ventral.

Coté gendarme on salue, cette énième expertise, coté famille Traoré, on juge déjà incompétents les médecins belges sollicités. Ils devraient rendre leur conclusion en début d'année prochaine.

Thomas Chupin (avec J.A.)