RMC

Agression antisémite d'un enfant à Sarcelles: "Ils lui ont fait un croche-patte et frappé au sol", décrit le maire

Le maire de Sarcelles (Val-d'Oise), Nicolas Maccioni est revenu ce mercredi matin dans Bourdin Direct sur l'agression d'un jeune enfant de huit ans dans la rue, lundi.

Un garçon de huit ans de confession juive qui portait une kippa a été frappé lundi soir dans la rue par deux jeunes à Sarcelles, agression pour laquelle le parquet de Pontoise a indiqué mardi avoir "retenu le mobile antisémite".

Selon la victime, les agresseurs étaient âgés d'une quinzaine d'années. Le maire PS de Sarcelles, Nicolas Maccioni, a détaillé les éléments qu'il possède concernant l'avancée de l'enquête sur RMC, ce mercredi matin.

"Un jeune enfant de huit ans, avec sa kippa, de confession juive est parti de son domicile pour se rendre à cours de soutien scolaire, et deux individus âgés de quinze ans s’en sont pris à lui, lui ont fait un croche-patte et lui ont asséné des coups au sol", détaille-t-il.

"Il semble que le mobile antisémite ne fait aucun doute à ce stade"

Une enquête a été ouverte par la police pour déterminer exactement les circonstances de cet incident. "Vu les éléments dont je dispose du parquet et de la police, il semble que le mobile antisémite ne fait aucun doute à ce stade. Les agresseurs n’ont rien volé", assure Nicolas Maccioni.

L'agression s'est déroulée à proximité du quartier connu sous le nom de "Petite Jérusalem" où il y a une communauté juive très importante, et où il y a beaucoup de lieux de culte juifs.

"C’est aussi un lieu de fraternité républicaine où se côtoient au quotidien différents cultes, croyants et non-croyants dans un esprit de tolérance ce qui rend d’autant plus inacceptable cet acte abject. Il y a une inquiétude forte, légitime, de la part de la communauté juive de Sarcelles, qui dépasse les frontières car un acte antisémite est toujours un acte de trop, et quand il frappe un enfant de huit ans, c’est la République qui est frappée en son sein". 
J.A. avec Bourdin direct