RMC

Disparition de Delphine Jubillar: la piste criminelle désormais privilégiée

Huit jours après la mystérieuse disparition de cette mère de deux enfants, l'affaire a été confiée à deux juges d'instruction toulousain.

Une enquête a été ouverte mercredi pour "enlèvement et séquestration" suite à la disparition de Delphine Jubillar dans la nuit du 15 au 16 décembre à Cagnac-les-Mines dans le Tarn. Plus de 1000 personnes ont participé aux battues organisées pour tenter de retrouver des indices.

Selon le procureur de Toulouse, rien n’indique que la disparition de Delphine Jubillar a pu être volontaire et comme sa disparition remonte à plus de sept jours, l’hypothèse criminelle est donc clairement envisagée.

Concrètement, cela signifie que l’affaire est confiée à deux juges d’instruction toulousains qui auront à leur disposition des moyens supplémentaires comme par exemple la possibilité pour les dix enquêteurs d’Albi d’utiliser la mise sur écoute de potentiels suspects.

Des objets retrouvés lors des battues citoyennes

Des enquêteurs qui vont devoir aussi analyser des dizaines d’objets, parmi lesquels un téléphone portable, retrouvés lors des deux battues citoyennes organisées ce mercredi autour du village.

L’appel à témoin lancé vendredi a aussi fonctionné puisque une 60aine de personnes ont contacté la gendarmerie. Ce matin, les recherches reprennent avec un dispositif allégé d’une vingtaine de gendarmes et plusieurs plongeurs sur place.

Estelle Henry avec Guillaume Descours